Menu
Nation
restrictions
Contrôles sanitaires : 4600 verbalisations ce week-end Abonnés

ARTICLE. Tout le monde était prévenu. Ayant anticipé la clémence de la météo pour ce week-end quasi printanier, les pouvoirs publics ont renforcé la vigilance policière. Résultat : environ 55 000 contrôles pour près de 5000 amendes.

Contrôles sanitaires : 4600 verbalisations ce week-end

Un week-end à presque 20°C partout en France. Ces températures printanières en plein hiver ont poussé les Français à mettre le nez dehors, pour enfin profiter un peu de la vie en plein air. Jusqu’à en oublier l’heure ? Pour rappeler les règles sanitaires, la distanciation sociale, les gestes barrières, et éviter un relâchement prévisible, les autorités ont multiplié les contrôles ce week-end.

« 54 626 contrôles de personnes et 393 pour des ouvertures irrégulières d'établissements recevant du public ont été comptabilisés dont 113 ont concerné les débits de boissons et restaurants clandestins », a indiqué hier le ministère de l’Intérieur. Ces contrôles ont donné lieu à exactement 4593 verbalisations toutes catégories confondues. Toutes les grandes villes de France - de Marseille à Lille, en passant par Bordeaux ou Strasbourg – ont été concernées par cette décision de renforcer la surveillance qui a été donnée aux préfets et directeurs généraux de la police et de la gendarmerie nationale, par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait prévenu les Français jeudi soir lors de son point hebdomadaire. « Ce n’est pas le moment de se relâcher », avait-il lancé, prétextant la progression des variants et le maintien d’un plateau haut de l’épidémie dans le pays. C’est sur cette base que la multiplication des contrôles a été légitimée par les autorités, du fait que les contaminations des variants du SARS-CoV-2 continuent de progresser, notamment en Moselle (région Grand Est), à Dunkerque (département du Nord) et désormais à Nice (sud-est).

« L'heure n'est pas au relâchement. On a réussi à éviter le reconfinement, mais c'est très fragile. Il faut rester disciplinés et confiants », a quant à lui déclaré le Premier ministre, Jean Castex, vendredi à Bordeaux. Que craignent donc les autorités en cette période de vacances et d’arrivée programmée des beaux jours ? Après l’« effet Noël », l’« effet Nouvel An », l’« effet galette des rois » et l’« effet apéro », voici venu le temps… de l’« effet pique-nique » !

Un peu partout en France, certaines autorités locales rivalisent de zèle. Lors d’une conférence de presse donnée ce vendredi, le secrétaire général de la préfecture de la Moselle, Olivier Delcayrou, a annoncé le renforcement des contrôles de police et insiste pour qu’il n’y ait « aucune faille dans le dispositif ». Depuis le début de l’année, près de 2700 citoyens ont ainsi été verbalisés pour non-respect du couvre-feu pour un total de 30 000 contrôles.

A Lyon, la préfecture du Rhône a pris un arrêté interdisant la consommation d'alcool sur la voie publique ce samedi 20 février de 12h à 18h dans le centre de Lyon. L’objectif : anticiper et limiter les rassemblements durant tout l’après-midi. A Paris, 700 policiers et gendarmes ont été déployés vendredi soir sur l'ensemble de l'Ile-de-France pour des contrôles « sur la voie publique, les axes routiers, les péages, gares et commerces ». En tout, 4000 des effectifs de la préfecture de police ont été déployés tout le week-end en Ile-de-France. Les petites villes et villages n’ont pas été épargnés. Les mêmes dispositifs de contrôles ont par exemple été relevés à Vesoul, Pommard, Meursault…

« Discipline », « dispositif », « protocole »… Et, surtout, « pas le moment de se relâcher ». Le souci est que cela fera bientôt un an que ce n’est « pas le moment de se relâcher », alors que la menace d’un reconfinement imminent plane sur les Alpes-Maritimes. Vendredi sur France 2, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lui aussi insisté sur le renforcement des contrôles sans donner de précision sur une date de fin de couvre-feu. Selon le ministère de l’Intérieur, depuis le 15 décembre, environ trois millions de contrôles ont été réalisés ayant entraîné 277 000 procès-verbaux.

commentaireCommenter