Analyses
manifestations
Un silence religieux Abonnés

EDITO. Alors que les tensions ne cessent de s’intensifier entre le Hamas et Israël au Moyen-Orient, des manifestations pro-palestiniennes se sont tenues samedi à Paris malgré une interdiction préfectorale. Commentant hier cette manifestation sur son profil Facebook, Anne-Sophie Chazaud a été censurée. Front populaire lui offre donc la parole.

Un silence religieux

Défendant de manière inconditionnelle la liberté d’expression, dont le droit de manifestation fait partie au plan de l’expression collective, je considère que l’interdiction des manifestations en soutien aux Palestiniens est une erreur, à la fois sur le registre démocratique mais également une stupide faute au plan politique qui vient valider les postures victimaires et les jérémiades permanentes de ceux à qui elle s’opposait, faute idiote qui s’inscrit toutefois avec opiniâtreté dans la lignée des accommodements constants de cet exécutif de type post-socialiste (en mode vallsiste) avec un nombre croissant de mesures liberticides.

Je le dis d’autant plus tranquillement que je soutiens totalement l’État d’Israël, entouré qu’il est d’ennemis rêvant obsessionnellement à sa destruction du matin au soir, d’autant plus tranquillement aussi que, depuis l’adolescence, la vue d’un foulard pro-palestinien, qui était devenu l’uniforme de rigueur si l’on voulait ne pas être mis au ban du groupe, de la cohorte déjà si prompte à se ranger du côté de la pensée dominante (prétendument minoritariste), m’inspire, pour cette raison-même, une allergie aussi bien esthétique que politique et même, je dirais, sociale (ah, ce hideux conformisme avec lequel il était porté par les jeunes de ma génération, si possible nimbé de l’odeur imbécile du shit de circonstance…).

Qu’il s’agisse de soutiens de bonne foi à une population jugée injustement opprimée, ou d’un alibi pour manifester publiquement, violemment, sous couvert de défendre la veuve et l’orphelin, toute la haine qui habite l’islam politique, illustrant la façon dont le conflit israélo-palestinien sert d’alibi-matrice à cet entrisme/séparatisme, après tout, rien de bien nouveau sous le soleil, et ma foi, aussi vomitives soient-elles (car clairement antisémites et non « simplement » antisionistes), ces convictions ont le droit d’exister et de s’exprimer (pour ce qui concerne l’antisionisme, et dans certaines limites en ce qui concerne l’incitation à la...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter