Menu
Région
Gilets jaunes
Un Gilet jaune écope d’un an de prison pour avoir décroché des drapeaux européens d’une mairie Abonnés

ARTICLE. Vendredi 28 mai, un habitant des Alpes-Maritimes a écopé d’un an de prison pour avoir décroché quatre drapeaux européens du fronton d’une mairie. Le sexagénaire fait partie du mouvement des Décrocheurs qui conteste la légitimité de l’Union européenne.

Un Gilet jaune écope d’un an de prison pour avoir décroché des drapeaux européens d’une mairie

Vendredi dernier, le tribunal de Nice a condamné Pascal, un homme de 64 ans appartenant au mouvement des Gilets jaunes. Pascal a reçu un an de prison pour avoir décroché quatre drapeaux européens de la façade de la mairie de Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, puis avoir violemment résisté à l’arrêt.

Dans la soirée du 6 mai, le sexagénaire a décidé d’escalader le fronton de la mairie à l’aide d’une échelle, avant d’être rapidement interpellé par deux policières. Pascal a alors refusé de coopérer avec les gendarmes et a traité l’une d’entre elles de « cocotte ». Il a même tenté en vain de brûler l’un des drapeaux. Lorsque les policières ont essayé de le menotter, Pascal est devenu agressif, a endommagé le téléphone portable de l’une d’elles et a résisté à l’arrestation jusqu’à l’arrivée en renfort des militaires de Lantosque.

Face au tribunal, le niçois a justifié son délit en le caractérisant d’acte idéologique ; « cette époque ne me convient pas », a-t-il ajouté, faisant référence au référendum rejeté de 2005, même s'il admet avec regret que le décrochage des drapeaux a été une bêtise.

Suite au comportement du prévenu et à son implication dans une précédente affaire de violence, le président du tribunal l’a finalement condamné à un an de prison et à verser 500 euros à chacune des deux gendarmes en dommages et intérêts.

Le mouvement des Décrocheurs

Pascal n’est pas le seul décrocheur à s'être attaqué à une mairie ce dimanche 9 mai, Journée de l'Europe. Dans plusieurs départements et en particulier dans les Vosges, de nombreuses communes ont découvert l’absence du drapeau de l'Union européenne au fronton de leur hôtel de ville. Dans la boîte de courrier de plusieurs mairies, un tract signé « les Décrocheurs ».

Dans la lettre des Décrocheurs adressée à la mairie de Viviers-lès-Offroicourt, il est écrit que « le symbole adopté par la CEE en 1986 et présent sur le fronton de la mairie de votre commune ne respecte pas la Constitution française ». Ces membres précisent que la France n’a jamais ratifié l’acte 52 du traité de Lisbonne, qui reconnaît les symboles de l’UE. La majorité des drapeaux ont été restitués à leurs communes, déposés anonymement dans les boîtes aux lettres des mairies.

Le mouvement des Décrocheurs a été fondé par Sylvain Baron, un Gilet jaune, en 2014. Cette forme de résistance veut replacer au centre l’autonomie de décisions des Français. Certains décrocheurs préconisent le Frexit, mais beaucoup sont simplement las de l’emprise technocratique européenne.

commentaireCommenter

Nation