Menu
Europe
Maastricht
Pour Aquilino Morelle, "le système maastrichtien cherche à atteindre notre souveraineté politique" Abonnés

ARTICLE. Dans un grand entretien accordé au Monde, Aquilino Morelle accuse le fédéralisme européen et ses promoteurs (en particulier les socialistes français), d’être les principaux ouvriers de la mondialisation néo-libérale. Et souligne la responsabilité accablante de François Mitterrand, Jacques Delors et Pascal Lamy.

Pour Aquilino Morelle, "le système maastrichtien cherche à atteindre notre souveraineté politique"

Aquilino Morelle est un socialiste atypique. Docteur en médecine et énarque, il a pris position pour le « non » en 2005, dirigé la campagne d’Arnaud Montebourg aux primaires de la gauche en 2012 et été le conseiller politique de François Hollande à l’Élysée entre 2012 et 2014. Dans son dernier essai, L’Opium des élites : Comment on a défait la France sans faire l’Europe, qui vient de paraître chez Grasset, il avance que l’Europe a pris « une mauvaise route dès le départ » et plaide pour un « souverainisme raisonné » afin de sortir du piège de la décomposition française, qui résulte selon lui de l’idéologie européiste. Pas sûr que ses petits camarades du PS apprécient...

Son constat est le suivant : la France (qu’il faudrait selon lui carrément...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».