Nation
Zemmour
Meeting d’Éric Zemmour : violence et indignation sélective Abonnés

ARTICLE. Le meeting d’Éric Zemmour ce dimanche à Villepinte a été émaillé de tensions et d’incidents. Des faits de violences vis-à-vis de militants de SOS Racisme ou l’exfiltration des équipes de journalistes de Quotidien ont été abondamment condamnés publiquement. À l’inverse, aucun des adversaires du candidat n’a trouvé justifié de s’indigner de son agression physique.

Meeting d’Éric Zemmour : violence et indignation sélective


Une tension palpable habite ce début de campagne présidentielle. Alors que des membres du PCF et LFI militaient pour rendre inéligible par la loi Éric Zemmour, alors que le maire de Saint-Denis, Stéphane Troussel (PS), lançait une pétition pour interdire le premier meeting de l’ancien chroniqueur de Cnews en tant que candidat à Villepinte, de nombreux incidents ont émaillé l’événement, ce dimanche 5 décembre. Suscitant un tollé médiatique, ou à l’inverse, un silence pudique particulièrement assourdissant.

Il y a eu tout d’abord la prise à partie des équipes de Quotidien (TMC) par une partie du public. Alors que les équipes de Yann Barthès interrogeaient des participants au meeting, un rassemblement s’est opéré autour d’eux. « Tout le monde...

commentaireCommenter