Analyses
Carnets de campagne
L'Illusionniste en Marche Abonnés

CARNETS DE CAMPAGNE. Arrivée en fanfare médiatique de Valérie Pécresse, tentatives gênantes de rassemblements à gauche, instrumentalisations historiques et dissonances politico-cognitives diverses et variées… Ça y est, la campagne a bel et bien commencé, et la Macronie, menée par le grand Illusionniste, peut sortir du bois. Retour sur une semaine politique haute en couleurs, par Anne-Sophie Chazaud.

L'Illusionniste en Marche


Pressée de tous côtés par l’évolution de la campagne électorale, la Macronie, qui jusqu’ici jouait la montre, se résolut cette semaine à sortir du bois. Non pas qu’Emmanuel Macron ne fût point en campagne narcissique permanente pour sa propre réélection depuis le premier jour même de son accession à l’Élysée, non pas qu’il ne profitât pas constamment de toutes les occasions qui pendant cinq ans lui furent offertes pour prendre parti de manière clivante afin de diviser les Français ad nauseam, non pas qu’il ne monopolisât pas autant que cela fut possible la parole publique sur tous les sujets et en affirmant tout et son contraire selon l’auditoire –à la limite souvent de l’étouffement et de la confiscation comme lors du faux « Grand Débat » consécutif à la révolte des Gilets jaunes où on le vit soliloquer pendant des heures à travers toute la France devant des parterres de locaux estourbis, ce qui ne convainquit par grand monde et ne servit strictement à rien pour le commun des mortels –, mais parce que cette fois-ci il devenait urgent de se positionner sur l’échiquier où la partie avait en réalité déjà commencé. Il ne s’agissait pas de prendre trop de retard au départ de la course et peu importait en vérité la déclaration formelle de candidature.

L’élément déclencheur fut l’arrivée imprévue, mais redoutée, de Valérie Pécresse qui déboula (logiquement) en fanfare dans les sondages en vertu, quoi qu’en pensaient les sceptiques, d’un repli naturel sur sa personne de l’électorat de droite classique et de centre droit, nombreux, qui voyait certes en elle un « autre Macron possible », comme cela fut sommairement et abondamment diffusé sur les réseaux sociaux en guise d’analyse rudimentaire et simpliste, mais parce qu’au-delà d’un certain nombre de points de convergence politique, il y avait...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter