Menu
revue
Education
La mise à mort technocratique de l’enseignement Abonnés

Le fiasco de l’Éducation nationale n’est malheureusement plus à démontrer : le système éducatif français régresse dans tous les classements internationaux et le corps enseignant n’en finit plus de faire entendre son malaise, entre désir de sauver ce qui peut l’être et résignation désespérée. Ce déclin tragique s’explique en partie par le poids grandissant de l’administration : un nouvel esprit managérial s’est imposé dans le système, transformant les professeurs en prestataires de services et les élèves en simples clients. Les hauts fonctionnaires français, quels que soient les ministres successifs, sont ainsi parvenus à imposer leur vision du monde, qui est aussi celle des grandes instances de l’Union européenne.

La mise à mort technocratique de l’enseignement


En août 2019, lors du sommet du G7 à Biarritz, au sujet de sa politique étrangère, Emmanuel Macron a évoqué à plusieurs reprises l’entrave que constituait, à ses yeux l’« État profond », à savoir l’administration française. Pour la première fois, un Président français en exercice utilisait cette expression pour décrire les blocages des technocrates de la haute administration et par capillarité ceux des fonctionnaires de la petite administration, exécutants d’ordres émis par leur hiérarchie. À en croire l’actuel chef de l’État, tous seraient peu enclins à s’exécuter promptement quand le politique exige des changements rapides ou une réactivité alignée sur le temps réel et non sur celui, irréel, de notre bonne vieille bureaucratie. On le sait...

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Rehabiliter l'assimilation
Rehabiliter l'assimilation Abonnés

Dans son dernier essai, Le Rêve de l'assimilation – De la Grèce antique à nos jours, Raphaël Doan, jeune prodige de la politique, se penche sur la conception de l'assimilation au sein de six civilisations distinctes : la Grèce antique, l'Empire romain, le monde arabe médiéval, la France d'avant la décolonisation, le Japon colonial et les États-Unis. Un panorama percutant et érudit, dont chaque page nous renvoie aux problèmes qui agitent la société française contemporaine.

commentaire
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration Abonnés

En matière d’immigration, il n’existe hélas pas de chemin strictement vertueux, magique, qui ne léserait personne. Armés de ce constat, il faut tenter de répondre de la manière la plus raisonnable et décente aux différents volets du problème, guidés par le souci d’efficacité et l’intérêt général. Le président du mouvement République souveraine résume ici ses propositions.

commentaire
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne Abonnés

Du point de vue des élites européennes, l’immigration incontrôlée représente une aubaine permettant d’affaiblir le sentiment national au sein des États et de fluidifier le marché du travail. Seulement, comment faire passer la pilule ? Comment interdire toute objection ? Par l'argument éthique, pardi ! Sachant que l'effet devient imparable dès lors que l'on agite l'épouvantail hitlérien et le croque-mitaine colonial.

commentaire