Menu
revue
Le piège de l'indigénisme Abonnés

Dans son dernier essai, le « nouveau philosophe » s’alarme des théories néoracialistes importées des États-Unis qui se répandent de plus en plus à l’université, mais aussi dans certains médias et partis progressistes. Et s’inquiète des tensions qu’elles pourraient provoquer entre Français et immigrés extra-européens.

Le piège de l'indigénisme

F.P. :

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le « décolonialisme » ?

PASCAL BRUCKNER :

L’effondrement des gauches européennes, communisme et social-démocraties comprises, a laissé la place à une nouvelle trinité venue des campus américains : le découpage de l’humanité selon le genre, la race, l’identité. La lutte des races se substitue à la lutte des classes, les minorités s’affichent en nouveaux damnés de la terre, la couleur de peau, l’orientation sexuelle deviennent le critère ultime. Au fondement de cette doctrine, l’idée, chère à Camilla Jordana, que l’homme blanc, hétérosexuel, est la cause de tous les maux de la terre depuis les origines.

F.P. :

Mais ne doit-on pas reconnaître, tel Emmanuel Macron, l’existence d’un « privilège blanc »...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire