politiqueProtectionnismeabonnés

Auvergne-Rhône-Alpes instaure un protectionnisme économique régional

23/03/2021

ARTICLE. Un fond souverain régional de 100 millions d’euros va être lancé en Auvergne-Rhône-Alpes. Laurent Wauquiez souhaite ainsi protéger ses entreprises en difficulté des fonds “vautours” qui souhaiteraient les racheter à bas prix. C’est la première fois qu’une région met en place ce type de dispositif.

Auvergne-Rhône-Alpes instaure un protectionnisme économique régional

Voici une initiative que l’on ne pourra que saluer. Le 22 mars, Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a présenté son fond souverain régional. Doté d’une enveloppe d’un montant de 100 millions d’euros et inspiré d’initiatives nationales, comme en Norvège, ou locales comme en Allemagne (le Land de Basse-Saxe) ou en Espagne (la Catalogne), il est destiné à “renforcer les champions régionaux de l’industrie et conforter leur souveraineté économique“. Un protectionnisme assumé.

Les entreprises de la région, en délicatesse financière, verront d’un bon œil la création de ce fond. La crise du Covid ayant considérablement affaibli l’Hexagone, la région Auvergne-Rhône Alpes, très industrielle, n’a pas fait exception. “Avec ce fonds nous mettons en place un bouclier anti-vautours" explique le président de la région. Le gestionnaire SIPAREX, responsable de l’enveloppe, en partenariat avec le MEDEF Auvergne-Rhône-Alpes, sera chargé de définir qui devra bénéficier de cette aide régionale.

Deux types d’entreprises seront visées : les entreprises au “savoir-faire stratégiques” avec pour objectif de leur “faire passer un cap” et les entreprises qui ont été fragilisées par la crise et qui nécessitent une consolidation de leurs fonds propres. Avec surtout ce protectionnisme économique totalement assumé par Laurent Wauquiez : “Avec ce fond souverain que nous lançons aujourd’hui, nous agissons pour protéger nos entreprises afin d’éviter qu’elles deviennent des proies pour des capitaux étrangers désirant les racheter.”

Ils seront plusieurs à mettre la main à la poche. Dans un premier temps, 70 millions d’euros seront débloqués. Bien évidemment, la région (donc le contribuable) mais également BpiFrance, à hauteur de 35 millions d’euros. 35 millions d’euros supplémentaires seront injectés par, d’une part, l’antenne régionale du MEDEF, mais également des établissements bancaires comme le Crédit Agricole, la Caisse d’Épargne ou bien encore, la Banque Populaire...

Contenu réservé aux abonnés

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+