Menu
region
Cathédrale de Nantes
Cathédrale de Nantes : faute avouée…

Samedi dernier, le rideau est tombé sur les causes de l’incendie ayant ravagé la vénérable cathédrale nantaise. Comme beaucoup d’autres, la présentation médiatique du drame m’avait intuitivement convaincu d’une autre atteinte à notre patrimoine par nos chers « sauvages incivils ». Mea Culpa donc.

Cathédrale de Nantes : faute avouée…
Philippe WAGNERJuriste (Abonné)
Publié le 1 août 2020

Profitez de notre offre spéciale jusqu'au 31/07/2020

Un an d'abonnement 
papier + site 
54€ au lieu de 89€

soit une économie de 39%


Le rideau est tombé sur les causes de l’incendie ayant ravagé la vénérable cathédrale nantaise, samedi dernier, avec les aveux du bénévole ayant en charge sa sécurité (sic). Que le perpétrateur de cet acte fou soit un rwandais catholique écarte naturellement l’hypothèse d’un acte anti-chrétien.

Pourtant et comme beaucoup d’autres, la présentation médiatique du drame m’avait intuitivement convaincu d’une autre atteinte à notre patrimoine par nos chers « sauvages incivils ». Les pudeurs de gazelles de journalistes parlant d’une hypothèse accidentelle au motif que les orgues calcinés étaient pourvus de systèmes électriques avait même fini de me convaincre qu’il s’agissait d’un incendie volontaire, d’une marque d’hostilité de plus contre une religion qui n’a plus que ses églises pour se faire voir dans le pays de Voltaire et de Mai 68.

Mea Culpa donc, et 10 pater noster en pénitence pour mes mauvaises pensées.

Mais cette conviction à priori n’est que le nom du doute qui entoure les multiples agressions à l’encontre de notre civilisation, qu’elles soient le fait d’une jeunesse non assimilée, d’activistes racialistes ou d’autres minorités agissantes.

Les flammes léchaient encore les murs multiséculaires de la cathédrale, que déjà les responsables politiques, particulièrement de droite-droite, redoublaient de tweets laissant entendre qu’il s’agissait d’un acte criminel anti-chrétien, et donc commis par quelque français de fraiche date, peut-être dans le cadre du jihad mondial ou plus simplement comme un symptôme de plus du grand remplacement (cf. tweet de Ph. De Villiers).

C’est manqué pour cette fois. Et c’est tant mieux ! Je me sens honteux et coupable d’avoir suivi cette pente qui n’est qu’une descente vers la suspicion généralisée, avec comme résultat la croissance des racines de la haine et de la division. De ces fleurs du mal ne peut rien sortir de grand, de beau, de salvateur.

J’ai, bien sûr des circonstances atténuantes, dans une société délibérément sourde et aveugle, et qui avance à coups de méthode Coué et d’hymnes universels ignorant la réalité du monde et du coin de la rue. Il n’empêche que je vais tacher de garder cet épisode en mémoire, pour que cela me serve de leçon : il ne faut jamais se départir de son esprit rationnel, factuel et juste. Peu importe l’écume, peu importe le fracas des civilisations qui s’entrechoquent de plus en plus violemment, il faut absolument que nous gardions notre calme, ou plus simplement savoir raison garder.

Voir la société française, vivre ses convictions, sans pour autant perdre notre cartésianisme qui fait notre force, et notre différence avec les extrémistes de tous bords.

D’accord ?

0 commentaireCommenter