Nation
Energie
Hercule : l’explosif épilogue de la trahison des clercs Abonnés

EXPERTISE. Victime d’un sabordage planifié par nos gouvernements successifs, depuis le début des années 90, l’un des plus beaux joyaux industriels français de l’histoire est sur le point de connaître le lamentable destin de l’armée de Gamelin, en juin 40.

Hercule : l’explosif épilogue de la trahison des clercs

Victime d’un sabordage planifié par nos gouvernements successifs, depuis le début des années 90, l’un des plus beaux joyaux industriels français de l’histoire est sur le point de connaître le lamentable destin de l’armée de Gamelin, en juin 40. La salve devant lui porter le coup de grâce et l’envoyer vers le fond de l’ignominie est réputée être le 13èmetravail d’Hercule ou plutôt sa première basse besogne. Mais les innombrables responsables et complices de celle-ci ne perdent rien pour attendre, car le tourbillon provoqué par l’engloutissement de l’irremplaçable outil ne va pas manquer d’entraîner avec lui l’enviable statut de ses servants et de leurs ainés inactifs, de mêmes que, chez leurs compatriotes, celui d’usager privilégié de l’électricité la plus abondante et la moins chère d’Europe.

Comment en est-on arrivé là ? Tout a commencé avec une installation de Gilles Ménage à la tête d’EDF, par François Mitterrand, ouvrant l’ère de la nomination politique des PDG de l’opérateur historique, dès lors chargés d’exécuter une feuille de route rédigée par l’exécutif. Au fil des années, une instruction de plus en plus insistante de ce dernier a demandé à l’homme lige de ne guère résister à la volonté bruxelloise à dominante anglo-saxonne d’ouvrir à la concurrence le marché français de l’électricité.

La ficelle était pourtant grosse que, dans un premier temps, nos vichystes au pouvoir, dès la fin des années 90, firent semblant de ne pas déceler, pour ensuite s’en faire ouvertement les manipulateurs : par ce biais, Die Grünen déjà tout puissants au Bundestag et au gouvernement fédéral d’Outre-Rhin ne visaient rien d’autre que la disqualification d’un complexe électronucléaire français en présence duquel leur mirobolant projet de transition énergétique éolienne et photovoltaïque n’avait aucune chance de prendre pied dans un marché concurrentiel digne de ce nom. Ne pouvant réussir totalement leur...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter