Menu
Nation
poésie
La condition humaine, la gauche caviar et la dette Abonnés

OPINION. Cet été, Front Populaire propose à ses lecteurs de partager un morceau de France, une réflexion, un souvenir. Aujourd’hui, notre abonnée partage une série de trois poèmes sur la condition humaine, la gauche caviar et la dette.

La condition humaine, la gauche caviar et la dette
Publié le 18 juillet 2021

Puisque notre séjour sur Terre est limité

Puisque nous dépendons de nos nerfs, nos viscères

D'une planète en butte à un effet de serre

Que l'Univers sourit de nos naïvetés

En tant que vil microbe enflé de vanité

Prétendant régenter sa vie, ses adversaires

Déjouer les coups du sort, les virus, les ulcères

Nous osons fantasmer sur notre « éternité »

Nous refusons d'entériner nos conditions

De rester cantonnés à nos limitations

Nous voudrions nous affranchir, nous dépasser

De cet orgueil si vain plutôt qu'un désespoir

Faisons une excellence auréolée de gloire

Comme un rêve insensé, signant notre odyssée

Ils savent qu'ils sont fous sans jamais renoncer...



Gauche caviar


Se disant progressiste, aimant les subversions

La Gauche intellectuelle encensée médiatique

Dominante, arrogante à l'abri des critiques

A laissé libre cours à toutes ses pulsions

Il fallait profiter de la situation

Pour s'affranchir enfin de tout principe éthique

Initier à des jeux dégradants érotiques

Des ados, des enfants, sans plus de restriction

Ils se sont tout permis, se sentant intouchables

Leur argumentation semblait irréprochable

Matzneff et compagnie ont piétiné les lois

Sade et Sacher-Masoch ont servi de caution

Dans la pédophilie vécue comme un exploit

Ils se sont retrouvés nageant dans l'abjection



Le seul atout dans leur jeu...


Tous ces politicards prestidigitateurs

En tours de passe-passe étonnamment prodigues

N'ont d'autre solution ou intrépide intrigue

Que d'augmenter la dette en Exterminateurs

Assoiffés de monnaie ils en créent à toute heure

Un flot envahissant sur lequel ils naviguent

Des dollars par trillions submergeant toutes digues

Pour rendre leur bilan un tantinet flatteur

Ils fabriquent l' « argent », pourquoi s'embarrasser ?

Remettant à plus tard le soin de rembourser...

Telle est la grande astuce ourdie dans les couloirs

Venir en aide aux salariés aux entreprises

Colmater tous les trous percés de la passoire

Retarder le moment de vivre dans la mouise

commentaireCommenter