Nation
obligation vaccinale
Vaccination des jeunes et des enfants : Altruisme ? Toi d’abord ! Abonnés

OPINION. Pour Yvan Falys, la politique sanitaire du gouvernement, qui repose sur l'alliance de la vaccination de masse et d'un appareil coercitif, n'a abouti qu'à un résultat : rendre impossible la vie des moins fragiles tout en ne faisant rien pour protéger les plus faibles.

Vaccination des jeunes et des enfants :  Altruisme ? Toi d’abord !


Nous vivons avec le (les) virus du covid depuis près de deux ans. La campagne de vaccination a commencé il y a maintenant plus d’un an et  près de 8 milliards de doses ont été injectées à travers le monde. Nous avons désormais un peu de recul et pouvons affirmer que :

- Les vaccins protègent des formes graves, ils évitent d’aller à l’hôpital et/ou de mourir.

- Ils n’empêchent néanmoins pas la circulation du virus même s’ils la diminuent.

- Les visons peuvent attraper le covid et le transmettre à l’homme. La Finlande se lance d’ailleurs dans une campagne de vaccination des visons.

- Vacciner simultanément tous les humains et tous les animaux susceptibles de transmettre le virus avant qu’il ne mute, c’est vouloir atteindre l’horizon.

- L’enjeu n’est plus tant la disparition du virus que la soutenabilité de nos hôpitaux.

- Les effets secondaires à court et moyen terme des vaccins sont extrêmement rares, de l’ordre de 1 cas sur 100,000 dont à peine 15 % entrainent la mort.

- Les effets secondaires à court et moyen terme observés l’ont été presqu’exclusivement sur des personnes de moins de 30 ans. L’incidence des effets secondaires du vaccin est donc moins marginale chez les moins de 30 ans que sur l’ensemble de la population.

- Personne ne peut, par définition, prévoir les effets à long terme des vaccins puisque nous n’y sommes pas encore. Mais la logique serait que la tranche d’âge (les moins de 30 ans) la plus concernée par les (très rares) effets secondaires à court et moyen termes, le soit aussi par ceux à long-terme.

- Enfin et peut-être surtout, nous savons maintenant que l’immense majorité des décès et/ou des hospitalisations en soins intensifs concernent les plus de 55 ans. Ceux qui, plus jeunes, se retrouvent aux soins...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter