Nation
islamogauchisme
Du climat ou de l’islamogauchisme, Éric Piolle a choisi son camp Abonnés

ARTICLE. En plein cœur des négociations entre les verts et la France Insoumise, Éric Piolle, maire de Grenoble, a publié ce 29 avril sur ses réseaux sociaux une lettre au président de la République. Il y livre sa vision très personnelle du « mode de vie à la Française », qui masque mal un trouble jeu vis-à-vis de la laïcité.

Du climat ou de l’islamogauchisme, Éric Piolle a choisi son camp


Alors, le Burkini dans les piscines grenobloises, autorisé ou interdit ? Officiellement, le maire de Grenoble n’a pas tranché. « Nous aborderons la question lors du conseil du mois de mai », raconte-t-il au Dauphiné, dans une interview publiée le 29 avril. Mais dans une lettre datée du même jour à destination du Président de la République Emmanuel Macron, il ne laisse que peu planer le doute, quand il explique qu’il veillera « à ce qu’aucun règlement intérieur d’aucun équipement public ne constitue une injonction ou une discrimination ».

« Puisque l’habit concentre l’attention des polémistes de tous poils », ironise-t-il. Il rappelle que selon lui, « en France, les femmes ne peuvent se voir imposer quoi que ce soit, par qui que ce soit ». Puis il assène, « partout où les femmes sont contraintes de se couvrir, il faut lutter », tout en précisant immédiatement : « partout où les femmes sont contraintes de se découvrir, il le faut aussi ». Ainsi « le Patriarcat, ce n’est pas le vêtement, c’est l’injonction ». Traduisez : tant qu’il n’est pas imposé, le Burkini n’a rien de choquant dans le monde d’Éric Piolle. Lequel ne va tout de même pas jusqu’à mentionner la Burqa, pourtant interdite par la loi.

Quel est le but de cette missive envoyée au chef de l’État ? Rappelons-le, Éric Piolle est un élu d’EELV. Dans un contexte de flambée des cours de l’énergie et de rapports alarmants du GIEC, les (é)lecteurs un tant soit peu portés vers l’écologie étaient en droit de s’attendre à une critique virulente de la part d’une des figures fortes du parti. Alors, oui, l’écologie est bien présente dans la lettre, entre trois et cinq lignes y sont consacrées : « L’événement de ce début d’année 2022 aura été le double...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter