Nation
Consommation
La Grippe aviaire nous privera-t-elle d’œuf cet hiver ? Abonnés

ARTICLE. La grippe aviaire a durement frappé les éleveurs français cette saison. Des millions de bêtes ont été abattues avec pour conséquence une flambée des prix et une tension sur le marché des œufs.

La Grippe aviaire nous privera-t-elle d’œuf cet hiver ?


Le H5N1, de son nom moins barbare, la grippe aviaire, a été particulièrement meurtrier cette saison. Ce lundi 2 mai, le ministère de l’Agriculture a indiqué que plus de 16 millions de volailles ont été abattues en l’espace de six mois. Ravageant traditionnellement les foyers d’élevage de canards, l’épidémie a également frappé massivement ceux des poules pondeuses. Avec la guerre Russo-Ukrainienne qui provoque une hausse mondiale du coût des matières premières agricoles, le cours de l’œuf a connu un bond significatif et la filière craint désormais une tension sur le marché cet hiver.

Pour faire face à l’épidémie, le ministère de l’Agriculture a imposé des mesures d’abattage de foyers contaminés. Cette dizaine de millions de volailles abattues ou mortes du virus depuis le début de l’épidémie, le 26 novembre 2021, représente un record. C’est bien plus que celui de la saison précédente déjà qualifiée d’exceptionnelle. En 2020-2021, 3 millions de canards et autres volailles avaient été abattus, d’après les données publiées par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

D’après le ministère de l’Agriculture, le pic épidémique a été atteint à la fin du mois de mars.

Si elle a été aussi virulente, c’est parce que l’épidémie a frappé des zones géographiques nouvelles en plus de celle plus traditionnelle du Sud-Ouest. Au 2 mai, la France comptait 1 364 foyers « hautement pathogènes » en élevage. Cette saison, la Vendée est la plus frappée par l’épidémie, représentant à elle seule 533 foyers, soit plus d’un tiers des contaminations. La France a également subi une double contamination des volatiles migrateurs de leur départ et de leur retour de migration, là où traditionnellement seule la migration vers le sud était génératrice d’infection.

Inflation et tension

Fatalement, arrive le moment où les Français se voient confrontés aux...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter