Menu
nation
Médias
Les boni-menteurs

Front Populaire publie une tribune de Jacques Sapir suite aux attaques dont il a fait l’objet jeudi dernier sur le plateau de la chaîne de télévision LCI. Absent du débat, il tient à répondre précisément aux propos mensongers de Romain Goupil.

Les boni-menteurs
Jacques SAPIREconomiste
Publié le 28 juin 2020

Profitez de notre offre spéciale jusqu'au 31/07/2020

Un an d'abonnement 
papier + site 
54€ au lieu de 89€

soit une économie de 39%


La revue de Michel Onfray, à laquelle je participe, provoque un déchaînement de fausses nouvelles, de procès d’intention et d’injures. Ce déchainement est à la hauteur de la peur qu’éprouvent les idéologues de la cour, les journalistes à gages, les faux trublions à ronds de serviette et jetons de présence. Le fait que cette revue ait dépassé en quelques jours les 30 000 abonnés payant, s’assurant ainsi d’une certaine « durabilité », semble paniquer litéralement certains…

Hier soir, sur LCI, nous en avons eu un bon exemple avec le « débat » dans lequel Barbara Lefebvre fut opposée à trois contradicteurs (1 contre 3, merci pour le principe de pluralisme…) dont Roland Cayrol, Romain Goupil et Renaud Pila. Dans ce débat, où Barbara Lefebvre s’est d’ailleurs fort bien défendue, Romain Goupil a démontré, s’il en était besoin, les tréfonds de bassesse dans lesquels il se complait. Il m’a mis en cause, alors que j’étais absent du plateau, et sur la base d’une citation tronquée et déformée. Il a donc prétendu que Front Populaire serait une revue d’extrême-droite au titre que j’aurais appelé à une alliance avec le Front National. La calomnie est énorme et l’intention de nuire avérée.

Le texte, dont est tiré la citation date de 2015. Je doute que Michel Onfray et Stéphane Simon aient eu à l’époque l’idée qu’en 2020 ils lanceraient Front Populaire. Mais il est vrai que la culpabilité par prédestination est un grand classique des procédés staliniens…De plus, j’exprimais alors, si ce n’est strictement une opinion personnelle, une opinion que je portais à tout le moins A TITRE PERSONNEL. Il y a donc une malhonnêteté évidente, et je pèse mes mots, à rapprocher cette opinion d’il y a cinq ans du projet de Front Populaire.

J’ai, effectivement, évoqué en août 2015 la possibilité d’un « front anti-euro » pouvant s’étendre à gauche comme à droite. Mais avec de nombreuses restrictions, dont les chacals qui jappent sur les plateaux de télévision ne tiennent nullement compte. D’ou les rappels suivants :

1 – Le « front anti-euro » concernait des organisations et des mouvements politiques. Il n’est nullement assimilable au projet de Front Populaire qui se développe dans un autre espace. Michel Onfray l’a dit sur tous les tons : il ne s’agit pas pour lui de constituer un « front » politique, même si l’on peut penser qu’il est aujourd’hui nécessaire.

2 – Pour qui veut lire mes propos, je me suis longuement expliqué au sujet de cette idée. Je renvoie donc à deux textes en particuliers. Le premier est un interview dans Figarovox au sujet de la situation en Grèce (on est en août 2015). On peut le consulter ici (1). Suite aux débats issus de cette publication, j’ai alors précisé ma position en rappelant ce qu’était la dynamique des « fronts » entre organisations politiques (2). Je rappelle à l’intention des lecteurs qu’une idée analogue avait été portée par un membre de la gauche radicale italienne, Stefano Fassina (3).

3 – La question des relations éventuelles avec le Front National y est posée en des termes précis. Dans le texte du 23 août on peut lire :

« La troisième question qu’il faudra régler concerne à l’évidence la superficie de ce « front » et ses formes de constitution. De très nombreuses formules peuvent être imaginées, allant de la coordination implicite (pacte implicite de non agression) à des formes plus explicites de coopération. Rappelons ici que lors de l’élection présidentielle de 1981 les militants du RPR ont collé des affiches de François Mitterrand…On ne peut chérir éternellement les causes des maux dont on se lamente et, à un moment donné, la logique de la vie politique voudra que soit on sera pour la sortie de l’Euro soit on sera pour conserver l’Euro. Il n’y aura pas, alors, de troisième voie.

Il est évident que ces diverses formes d’ailleurs ne s’opposent pas mais peuvent se compléter dans un arc-en-ciel allant de la coopération explicite à la coordination implicite. Mais on voit bien, aussi, qu’à terme sera posée la question de la présence, ou non, dans ce « front » du Front National ou du parti qui en sera issu et il ne sert à rien de se le cacher. Cette question ne peut être tranchée aujourd’hui. Mais il faut savoir qu’elle sera posée et que les adversaires de l’Euro ne pourront pas l’esquiver éternellement. Elle impliquera donc de suivre avec attention les évolutions futures que pourraient connaître ce parti et de les aborder sans concessions mais aussi sans sectarisme ».

Dans le texte du 21 août, qui est un interview, la formulation est la suivante : « A terme, la question des relations avec le Front National, ou avec le parti issu de ce dernier, sera posée. (…) l’heure n’est plus au sectarisme et aux interdictions de séjours prononcées par les uns comme par les autres. La question de la virginité politique, question qui semble tellement obséder les gens de gauche, s’apparente à celle de la virginité biologique en cela qu’elle ne se pose qu’une seule fois. Même si, et c’est tout à fait normal, chaque mouvement, chaque parti, entend garder ses spécificités, il faudra un minimum de coordination pour que l’on puisse certes marcher séparément mais frapper ensemble. C’est la condition sine qua non de futurs succès.».

4 – La situation actuelle est ce qu’elle est parce que la Gauche Radicale, à défaut de pouvoir la résoudre, n’a même pas posé cette question. Elle a été incapable de reprendre la politique « de la main tendue » du discours de 1936 de Maurice Thorez (qui n’est pas spécialement ma tasse de thé par ailleurs). Il faudra pourtant bien un jour se décider à agir sérieusement…

NOTES

(1) Sapir J., Réflexions sur la Grèce et l’Europe, 21 août 2015, https://russeurope.hypotheses.org/4225

(2) Sapir J., « Sur la logique des « fronts », 23 août 2015, https://russeurope.hypotheses.org/4232

(3) Voir Fassina S., « For an alliance of national liberation fronts », article publié sur le blog de Yanis Varoufakis par Stefano Fassina, membre du Parlement (PD), le 27 juillet 2015, http://yanisvaroufakis.eu/2015/07/27/for-an-alliance-of-national-liberation-fronts-by-stefano-fassina-mp/

0 commentaireCommenter