Analyses
École
École en éducation prioritaire : éduquer ou instruire, il faut souvent choisir Abonnés

OPINION. Directeur d’un établissement scolaire d’éducation prioritaire, notre lecteur témoigne des difficultés de concillier l’instruction des élèves avec leur éducation… tout en faisant face à l’indifférence de l’institution.

École en éducation prioritaire : éduquer ou instruire, il faut souvent choisir


Nous ne sommes pas au bout de nos surprises à l’école, c’est indéniable que les enfants sont très imaginatifs. C’est plus compliqué quand il s’agit de leur positionnement d’élèves, mais nous pouvons au moins leur reconnaître quelques efforts notables et diversifiés pour essayer de varier les genres (sans mauvais jeu de maux idéologiques bien sûr). Nous ne souffrons pas le moins du monde d’une uniformisation des profils d’élèves. Bien sûr que non. Contrairement à ce que nous vend l’institution à longueur de prises de paroles. Au premier degré, ils prennent la parole, et ils la gardent, et du coup, ils nous en privent.

Comme il convient d’éclairer le réel, pour une prise de conscience de tous, je vais tenter de l’exprimer légèrement. Les enseignants font face à de drôles d’élèves, assez rarement à des élèves drôles, même si cela arrive encore, surtout chez les plus jeunes. Comme quoi, rien n’est perdu, et nous pouvons encore agir.

D’ailleurs qu’il me soit permis ici de tordre très rapidement le cou à ceux qui stigmatisent l’éducation prioritaire. La difficulté principale, outre tous les problèmes sociaux et économiques des familles, n’est pas de n’avoir que des mauvais élèves, mais au contraire d’avoir tous les...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter