Nation
Education nationale
Parents, associations, directeurs d’établissements : les nouveaux DRH de l’Éducation nationale ? Abonnés

ARTICLE. Depuis plusieurs années, un phénomène nouveau est apparu : celui du recrutement de professeurs par les parents d’élèves. Face à la pénurie d’enseignants et l’apathie de l’Education nationale, ils sont souvent démunis au point de passer par les réseaux sociaux pour embaucher des candidats.

Parents, associations, directeurs d’établissements : les nouveaux DRH de l’Éducation nationale ?


Ce n’est pas si petit, Cherbourg-en-Cotentin : en 2018, on comptait près de 80.000 habitants dans cette sous-préfecture de la Manche. Malgré tout, cela n’empêche pas la ville de subir de plein fouet la pénurie de professeurs et l’apathie du rectorat.

Depuis le 15 mars, un enseignant du collège Raymond-Le-Corre est parti en arrêt maladie et lors, cinq classes n’ont plus de cours d’anglais. Un courrier adressé au rectorat le 12 est resté lettre morte. « À un moment, il faut trouver une solution. Si le rectorat ne peut rien faire, nous, on cherche à sa place », s’énerve Caroline Aliane, représentante de la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) interrogée par France Bleu Cotentin. Via les réseaux sociaux, les parents d’élèves ont reçu cinq candidatures, toutes transmises au rectorat, dont ils attendent désormais le retour.

Ce n’est pas la première fois que les parents d’élèves sont obligés de s’improviser recruteurs pour l’éducation nationale. Depuis 2020 et la crise du Covid, les cas d’absentéisme ont fortement progressé. Dans un rapport de la Cour des comptes publié en décembre 2021, les Sages relèvent près de 2,5 millions d’heures d’absence, dont seulement 500.000 seraient remplacées. Alors, les parents s’organisent avec les outils — peu académiques — dont ils disposent.

« Peut-être connaissez-vous un professeur à la retraite, un étudiant »

LinkedIn, Facebook, mais aussi Leboncoin : autant de plateformes utilisées par les Français privés d’enseignants ou par les directeurs d’établissements. En Gironde, à Saint-Aubin-de-Médoc, c’est sur Facebook que la FCPE et la PEEP (Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public) ont diffusé une offre d’emploi qui a abouti au recrutement en février 2022 d’un professeur de technologie sur un poste vacant… depuis septembre 2021.

Toujours en Gironde, à Mios, une annonce publiée en janvier 2022 relayait un appel sur...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter