Nation
Eric Zemmour
« Classes populaires analphabètes » : la faute politique de Zemmour Abonnés

ARTICLE. L’Express dévoile les coulisses du dernier comité politique de Reconquête!. Éric Zemmour y aurait pesté : « Les classes populaires sont analphabètes ». Une phrase qui symbolise à elle seule l’échec électoral zemmourien en 2022.

« Classes populaires analphabètes » : la faute politique de Zemmour


Nicolas Sarkozy a eu son « Casse-toi pôv’ con » et Jean-Luc Mélenchon son « la République, c’est moi ! ». On rappelle aussi régulièrement à Emmanuel Macron les ouvrières de Gap qu’il avait qualifiées d’« illettrées » en 2014. Eric Zemmour va-t-il rejoindre le club fermé de faiseurs de petites phrases polémiques célèbres ? Possible si l’on en croit les propos tenus par l’ex-candidat lors du comité politique de Reconquête ! ce mardi 21 juin. Au terme de débats houleux rapportés par L’Express portant sur le fonctionnement interne du parti et sa ligne, quand il s’est agi d’évoquer l’incapacité de Reconquête! à parler à un électorat populaire, l’ancien chroniqueur aurait répondu « les classes populaires sont analphabètes ». Signe d’une certaine fébrilité ou propos assumés ?

Éric Zemmour a toujours navigué entre deux eaux. En 2014, il déclarait au Figaro qu' « être le porte-voix des classes populaires est ma plus grande fierté », tout en se félicitant « d’être resté fidèle à mes origines sociales, de ne pas avoir trahi d’où je viens ». Il terminait par cette phrase éminemment symbolique : « Ma plus grande peur est effectivement de me couper du peuple et de rester enfermé dans ma tour d’ivoire médiatique ». Le candidat à la présidentielle s’est-il donc coupé du peuple ?

Au fond, c’est tout le duel entre Marine Le Pen et Éric Zemmour qui se retrouve résumé dans cette séquence. Le 12 novembre 2021, en déplacement à Bordeaux, l’ancien chroniqueur glissait, taquin : « elle, c’est les chats, moi c’est les livres ». Il était alors en tête dans les sondages Harris interactive (18 %), en seconde position face à Emmanuel Macron (24 %). Coïncidence ou pas, les trois semaines qui ont suivi l’ont vu connaître une chute inexorable, jusqu’à 13 %...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 23 juin 2022
commentaireCommenter