International
OTAN
Sommet de l'OTAN : en Europe, les États-Unis avancent leurs pions Abonnés

ARTICLE. Le sommet de l’Otan qui se tient à Madrid du 28 au 30 juin a offert aux Occidentaux l’occasion de rouler des mécaniques face à la Russie et à la Chine. Côté américain, Joe Biden a annoncé le renforcement militaire des États-Unis sur le continent européen. Côté russe, on ne goûte pas vraiment les déclarations des atlantistes…

Sommet de l'OTAN : en Europe, les États-Unis avancent leurs pions


L’Europe se transforme-t-elle en camp militaire américain ? À l'occasion du sommet de l’Otan qui se tient jusqu’au 30 juin à Madrid, le président des États-Unis Joe Biden a affirmé son intention de « renforcer le positionnement militaire américain en Europe » dans le but de « répondre à des menaces venant de toutes les directions et dans tous les domaines : la terre, l’air et la mer ». Une décision qui renvoie aux calendes grecques la défense européenne tant promue par Emmanuel Macron.

Fiches à la main, Joe Biden a pris soin d’égrener les différents pays qui bénéficieront du renforcement militaire américain. Ainsi, la base navale de Rota en Espagne accueillera deux destroyers supplémentaires, portant leur nombre à 6. En Pologne, « un quartier général permanent du 5e corps d’armée américain » sera établi.

« Otanisation de l’Europe »

Le président de la première puissance mondiale a également mentionné le maintien d’une brigade supplémentaire en Roumanie, environ 5.000 personnes au total. Dans les pays baltes, les Américains vont procéder à des « déploiements supplémentaires ». Sur le plan aérien, deux escadrilles d’avions de combat F-35 seront envoyées au Royaume-Uni tandis que des « capacités supplémentaires de défense aérienne » seront positionnées en Allemagne et en Italie.

Joe Biden a rappelé que 20.000 militaires américains allaient rejoindre les 100.000 soldats américains déjà installés en Europe afin de « renforcer (les) lignes en réponse aux initiatives agressives de la Russie ». Sûr de la force de l’Alliance, il a ironisé sur la volonté originelle de Vladimir Poutine qui plaidait pour une « finlandisation de l’Europe », c’est-à-dire un renforcement de la neutralité des pays proches de la frontière russe. Au contraire, le président russe obtient une « Otanisation’ de l’Europe », s’est moqué le président américain. Dans la soirée...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 29 juin 2022
commentaireCommenter

Europe