International
repentance
Indépendance de l’Algérie : 60 ans après, Emmanuel Macron gratte les plaies Abonnés

OPINION. Pour les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, Emmanuel Macron a appelé au « renforcement des liens déjà forts ». Des intentions qui risquent d’être vaines au regard de celles du gouvernement algérien.

Indépendance de l’Algérie : 60 ans après, Emmanuel Macron gratte les plaies


Voici que le président Emmanuel Macron, pour l’anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, demande à son homologue algérien de renforcer, entre les deux pays, des relations qu’il qualifie de « déjà fortes ». Honnêtement, qui peut parler de relations fortes, à moins que ce qualificatif signifie du côté algérien l’agressivité, la mauvaise foi, la rente mémorielle anticoloniale tentant de faire croire au peuple que les problèmes inextricables de ce pays seraient, au XXIe siècle, encore la conséquence de la présence française jusqu’en 1962.

On pourrait rajouter l’échec de Gérald Darmanin qui, constatant que l’Algérie ne jouait pas le jeu de « reprise » de ses citoyens délinquants expulsés de France, l’avait menacée de réduire les visas vers notre pays. L’Algérie n’en a pas accueilli davantage et, pour le reste, le nombre de visas n’a pas diminué, mais augmenté sur la dernière année écoulée.

Les mots ont leur importance, ou en tous cas, ils devraient l’avoir, mais il est est vrai que cette présidence est celle du flot continu de paroles, du tout et de son contraire, et que le bruit permanent tient lieu de communication, sans pour autant que le sens n’y gagne vraiment. Pour l’Algérie, le fait est constant : l’histoire commune est d’abord une histoire subie, comme si aucune des difficultés de ce pays (dont il n’est pas politiquement correct de dire honnêtement qu’il fut laissé par la France avec de formidables atouts), ne pouvait être imputable à la politique menée par les dirigeants issus du FLN et des mouvements de libération. Il est temps d’arrêter de croire et de promouvoir l’idée en France que c’est le poids dominateur de la France qui a empêché l’Algérie d’écrire sa propre histoire nationale.

Les vieilles plaies ne cessent de s’infecter si on les gratte. Et précisément, pour que nous puissions...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe