Analyses
Dette publique
Dette publique et inflation : un scandale à 15 milliards ? Abonnés

ENTRETIEN. Une "bourde" macronienne à 15 milliards ? Pour Charles-Henri Gallois, président de Génération Frexit et contributeur régulier à Front Populaire, c'est le nouveau grand scandale qui pourrait obscurcir le ciel de la Macronie. Nous l'avons interrogé.

Dette publique et inflation : un scandale à 15 milliards ?


Front Populaire : Alors que l’inflation galope (5,8% en juin selon l’INSEE) et que le pouvoir d’achat des Français se réduit de jour en jour, le gouvernement émet des obligations… indexées sur l’inflation plutôt qu’à taux fixe. Pouvez-vous expliquer plus en détail comment tout cela fonctionne ?


Charles-Henri Gallois :
C’est un scandale énorme qui ne sera pas sans conséquence pour les finances publiques, et donc notre argent. L’inflation dite "harmonisée", qui est l’indice de comparable de l’UE donne même une inflation de 6,5 % pour la France. Elle est de 8,6 % en zone euro. Il y a à la fois des obligations d’État émises sur l’inflation française mais aussi sur celle en zone euro. Si vous aviez un emprunt à 1 %, vous allez devoir payer un intérêt de la dette compris entre 7,5 % et 9,6 % en fonction du type d’obligations. Même avec une inflation à seulement 6 %, le surcoût pour 2022 sera de 15 milliards d’euros. C’est un tiers du montant total de l’impôt sur les sociétés que nous paierons du fait de cette « bourde ».

J’imagine un artisan, commerçant ou entrepreneur qui aurait cette information au moment de régler son impôt sur les sociétés.


FP : L’émission d’obligations indexées sur l’inflation peut-elle toutefois avoir un intérêt pour l’État ? Si oui, dans quel contexte ?...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe