Analyses
Santé
La peur du cancer doit-elle guider la politique énergétique de la France ? (partie 1) Abonnés

OPINION. Comme pour de nombreux sujets annexes, le risque cancérigène a souvent été invoqué par une partie des militants écologistes pour s’opposer au nucléaire. Une peur bien artificielle selon Jean-Philippe Vuillez, médecin nucléaire au CHU Grenoble Alpes.

La peur du cancer doit-elle guider la politique énergétique de la France ? (partie 1)


Nous nous proposons de décrire, de façon simplifiée, mais se voulant accessible et facilement compréhensible, à l’intention des non-spécialistes, le processus de cancérogenèse et surtout ses facteurs déterminants. Ces réflexions ont pour ambition de montrer comment surviennent les cancers, afin d’appréhender de façon non émotionnelle, non militante et non polémique, les enjeux des démarches de prévention, et des actions à mener pour diminuer la prévalence et surtout la mortalité des cancers. Avec pour corollaire, non pas de prétendre supprimer la peur des cancers, mais d’en proposer une peur raisonnable. C’est-à-dire adéquate, vis-à-vis des contraintes à s’imposer, tout en préservant la possibilité de mener une existence heureuse — donc fatalement risquée.

Quel rapport entre la cancérogenèse et la politique énergétique, que ce soit celle de la France ou celle de tout autre pays ?

Cela part du constat, étonnant d’une certaine façon, mais bien légitime si on veut, que, en dernière...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe