Région
antispécisme
Supprimer la corrida : une bonne proposition venue de la NUPES ? Abonnés

OPINION. Une fois n'est pas coutume, notre abonné salue la proposition venue du député antispéciste de la NUPES Aymeric Caron : interdire la corrida au nom du bien-être animal.

Supprimer la corrida : une bonne proposition venue de la NUPES ?


Je ne porte pas une considération particulière à ce groupe fourre-tout que représente la NUPES, et qui se caractérise par son fanatisme, son antisémitisme et ses intolérances idéologiques. Mais le député Aymeric Caron, antispéciste – c’est à dire mettant au même niveau l’humain et l’animal – et farouche défenseur des droits dudit animal, proposait dernièrement une loi de suppression de la corrida.

Mon texte repose sur du vécu car j’étais un aficionado de la première heure, puisque par mes origines, chaque été à Almeria dès le berceau, j’assistais à une corrida dans le cadre de la feria, période de fête populaire, de danse et de musique andalouse dans les bodegas (bars avec piste de danse). Pendant plusieurs jours, des corridas avaient lieu à la plaza de toros. Le matador, celui qui tue le taureau, était accompagné d’une équipe chargée de planter les banderilles et faire virevolter les capes, et le picador à cheval venait planter sa lance, au tout début, dans le garrot de la bête.

Dans l’arène, les femmes étaient souvent vêtues à l’andalouse et un orchestre se chargeait de mettre l’ambiance. Cette pratique m’avait toujours paru normale et je l’attendais avec impatience et bonheur. J’étais admiratif des matadors dont certains avaient eu un destin tragique, que je pouvais lire dans le roman d’Hemingway Mort dans l’après midi ou voir dans les toiles de Picasso. Tout cela était héroïsé et habituel pour moi. J’en fis même des tableaux.

Le sang coulait sur le cuir d’ébène de l’animal saigné par la pointe profonde du picador qui s’acharnait à l’enfoncer au plus loin dans le corps de la bête voire jusqu’à vingt à trente centimètres, ce qui était interdit normalement. Depuis quelques années, ce geste me paraissait injuste puisque le taureau se vidait de son sang et forcément s’affaiblissait. Le matador...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe