Europe
Conseil européen
Conseil européen de crise et crise d’un Conseil Abonnés

Jacques Sapir revient pour Front Populaire sur le dernier Conseil européen. Si la presse focalise sur l’affrontement entre pays « frugaux » et du Sud, pour lui, le problème est fondamentalement politique.

Conseil européen de crise et crise d’un Conseil

Le déroulement du Conseil européen des 17-20 juillet apparaîtra, avec un peu de recul, comme un moment important de la décomposition de l’Union européenne. La presse le présente comme dominé par l’affrontement entre les cinq pays « frugaux » et les pays du Sud. On se fait une tragédie de savoir si les subvention seront de 350 milliards, de 500 ou de 450 milliards. C’est s’aveugler sur le cours réel des choses. Le problème est fondamentalement politique

L’argent n’est pas la cause

Le débat se focalise donc sur le montant des « subventions » dans le plan de relance post-Covid. La position des « frugaux » est connue. Ils souhaitent que cet argent soit un prêt plus qu’une subvention. Si subvention il doit y avoir, elle doit s’accompagner d’un engagement ferme des pays qui les obtiendraient à se mettre en règle avec l’UE et à appliquer des réformes structurelles drastiques. Les prêts doivent quant à eux être remboursés. Derrière ces conditions se profile l’ombre du MES ( Mécanisme européen de stabilité ) dont la mise en œuvre provoqua en Grèce une véritable tragédie. Inversement, la position de la France et des pays comme l’Italie et l’Espagne consiste à dire que les Etats doivent être laissés libre d’user à leur guise de ces subventions, qui sont dans leur nature conjoncturelle, liées aux dommages provoqués par la Covid-19.

Les « frugaux » ont ainsi proposé une réduction du montant des subventions à 350 milliards d’euros, ce qui était la somme que nous indiquions dans notre chronique hebdomadaire du 26 mai sur RT-France(1). Le bras de fer va donc se poursuivre dans les jours qui viennent. Mais, il faut savoir que 350 ou 450 milliards seront de toute manière dérisoires face aux besoins des économie. Le problème n’est pas dans les montants mais...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter