Menu
nation
Insécurité
« Incivilités », le mot qui choque la France

Valéry Zeitoun, producteur musical, nous livre un texte pour faire part de son indignation. A l’instar de nombreux Français, il a été choqué d’entendre hier soir le président de la République utiliser le terme d’ « incivilités », alors que ces dernières semaines un peu partout en France, des actes d’une rare violence laissent craindre un ensauvagement de la société.

« Incivilités », le mot qui choque la France

Ce matin j’ai visionné 2 fois le passage de l’interview du président de la République concernant l’insécurité qui règne dans notre pays.

Il est très intéressant de constater que le journaliste de TF1 (14.19 dans la vidéo) prononce le mot « incivilité » dans sa question après avoir évoqué l’assassinat de Philippe Monguillot le chauffeur de bus de Bayonne, en omettant soigneusement de parler d’Axelle Dorier dont le corps a été traîné sur 800 mètres par une voiture conduite par un jeune à qui l’on avait retiré le permis.

Trop heureux de cette aubaine le président a repris à son compte ce terme choquant d’ « incivilités » pour évoquer ces drames qui choquent profondément le pays.

Si traîner le corps d’une jeune fille de 23 ans sur 800 mètres où tuer un père de 3 enfants pour un ticket de bus ou encore écraser une gendarme sont des « incivilités » alors je me demande où se trouve le curseur de la sauvagerie dans l’esprit de ceux qui nous gouvernent.

Si ce président est très à l’aise pour parler de ses bons résultats sur l’Europe on le sent beaucoup plus timoré sur la sécurité.

Si on écoute bien sa réponse il nous explique que  les ministres concernés se déplacent systématiquement, qu’il va renforcer les « équipements » et les politiques « d’accompagnement » et qu’il y aura une réponse judiciaire « rapide et au rendez-vous ».

Les mêmes banalités que nous entendons depuis près de 30 ans au sujet de la sécurité.

Les politiques ont d’ailleurs tous l’air d’êtres sur cette même ligne, minimisant ces actes barbares puisque Grégory Doucet le nouveau maire de Lyon n’a pas cru bon de réagir au meurtre d’Axelle tout comme le président.

Quant aux médias ils n’ont que très peu évoqué l’ignominie de ce qui est arrivé à Axelle.

Ces mêmes médias qui couvrent allègrement l’affaire Traoré en allant parfois jusqu’à donner les honneurs de leurs couvertures à Assa Traoré.

Le président voit-il que le #justicepourAxelle est une réponse au #justicepourAdama ?

Réalise-t-il que la prédiction de son ami Gérard Collomb « aujourd’hui on vit côte à côte je crains que demain on ne vive face à face » est en train de se réaliser?

Réalise-t-il que l’extrême-gauche et l’extrême droite soufflent de concert sur les braises de la scission entre les Français pour déstabiliser la nation?

Entend-il la petite musique de l’extrême-gauche nous expliquer que l’insécurité aujourd’hui n’est pas pire qu’il y a 60 ans en France?

Accepter qu’il n’y ait aucun « progrès » dans un domaine en 60 ans c’est comme mal nommer les choses et c’est surtout la garantie de laisser le thème de la sécurité cher aux Français à l’extrême-droite pour être certain de la retrouver au second tour de l’élection présidentielle.

J’en veux pour preuve cet ignoble #OnVeutLesNoms qui a cartonné partout hier sur les réseaux sociaux lancé par les plus extrémistes de la droite nationaliste.

A tous ceux là je réponds que le seul # possible en France  c’est :

#JusticePourTous

0 commentaireCommenter