Menu
europe
Coronavirus
Covid-19: Bruxelles choisit Gilead

Pour lutter contre l'épidémie, la Commission européenne vient de passer un contrat avec le fabricant américain de l'onéreux médicament Remdesivir. Au détriment de l'hydroxychloroquine, toujours mise à l'index par les élites maastrichtiennes.

Covid-19: Bruxelles choisit Gilead

Personne, ou presque, ne connaît son nom. Pourtant Stella Kyriakides dispose, grâce au système technocratique de l'Union européenne, d'un considérable pouvoir. Cette Chypriote de 64 est en effet la commissaire européenne à la santé et à la politique des consommateurs.

Placée sous l'autorité d'un autre illustre inconnu (le libéral belge Didier Reynders commissaire à la justice, aux consommateurs et à l'égalité des genres), elle a signé mardi, au nom de l'Union, un contrat avec le laboratoire pharmaceutique américain Gilead pour un montant de 63 millions d'euros.

L'accord garantit l'accès prioritaire, pour les 27 États membres et le Royaume-Uni, au médicament Remdesivir dans le cadre de la lutte contre le covid-19. Ce traitement, commercialisé en Europe sous la marque Veklury, est ainsi le seul reconnu par Bruxelles comme efficace contre le coronavirus. Le protocole du professeur Didier Raoult, à base d'hydroxychloroquine, ne bénéficie, quant à lui, d'aucune homologation de ce type...

L'hydroxichloroquine n'est pas seulement pronée par Didier Raoult. Une étude du docteur Takahisa Mikami, de l'école de médecine Mount Sinaï à New York, montre en effet, sur un échantillon de plus de 6.000 malades du covid-19, que la mortalité de ceux qui l'ont reçue en traitement est inférieure de 47% par rapport à ceux qui n'en ont pas pris.

Même constat au sein des hôpitaux Henri-Ford dans le Michigan (2.500 lits) où l'on a constaté une mortalité inférieure de 66% chez les patients à qui l'hydroxichloroquine a été administrée.

Il est pour le moins étonnant que Bruxelles balaie d'un revers de main ces résultats! D'autant plus qu'ils ont été obtenus par une molécule coûtant à peine quelques euros l'unité (contre plus de 2.000 euros pour un traitement au Remdesivir).

La commissaire a-t-elle été influencée par les lobbyistes du laboratoire Gilead? Interrogé à l'Assemblée nationale par la commission d'enquête parlementaire sur le covid-19, Didier Raoult s'est en tout cas interrogé publiquement sur les méthodes du laboratoire américain.

«Quand j'ai commencé à parler pour la première fois de la chloroquine, il y a quelqu'un qui m'a menacé [de mort] à plusieurs reprises de manière anonyme, j'ai porté plainte et j'ai fini par trouver que c'était celui qui a reçu le plus d'argent de Gilead depuis six ans», a-t-il déclaré sous serment aux députés le 24 juin.

0 commentaireCommenter