Menu
nation
Santé
Covid-19: Un durcissement orchestré?

Le mesures gouvernementale visant à limiter la propagation du coronavirus se sont multipliées cette semaine en France. La macronie nous ayant habitués aux cachoteries et aux coups de communication, il est difficile de dire si ces annonces relèvent de la diligence sanitaire ou de l'opportunisme politicien.

Covid-19: Un durcissement orchestré?

Alors que le Premier ministre Jean Castex a appelé mardi à la généralisation du port du masque dans les lieux publics et à prolongé l'interdiction des évènements de plus de 5.000 personnes jusqu'au 30 octobre, un décret vient de paraître ce jour qui place la ville de Paris et le département des Bouches-du-Rhône en "zones actives du virus Covid-19".

Ce qui signifie que les préfets peuvent désormais prendre dans ces territoires des arrêtés plus contraignants pour lutter contre la propagation de l'épidémie, tels que l'interdiction des déplacement à plus de 100 km du domicile. Une politique de restriction qui a de quoi laisser perplexe…

Loin de nous l’idée de remettre en cause les risques liés au coronavirus, mais trois années de présidence Macron ont aiguisé notre incrédulité. Or les chiffres de l'épidémie, que l'on peut consulter sur le site Web du gouvernement, montrent un nombre d'hospitalisations et d'admissions en réanimation stable depuis au moins un mois.

Ainsi, on peut se demander si la nouvelle fermeté affichée par les autorités ne vise tout d'abord pas à faire oublier l'incurie dont elles avaient fait preuve lors de l'apparition de l'épidémie. On peut également s'interroger sur l'opportunité pour un pouvoir impopulaire de limiter les rassemblements donc de brider la contestation dans la rue. Un esprit mal placé pourrait se figurer que Jean Castex s'efforce surtout d'éviter une deuxième vague jaune…

Croyez-nous, Front Populaire ne cherche pas absolument à être traité par le service CheckNews de Libération de pourvoyeur d'infox ou d'officine complotiste (même si l'effet comique serait garanti). Seulement il est triste de constater que l'exécutif En Marche a, par sa condescendance, ses obsessions idéologiques et son absence de transparence, perdu notre confiance comme celle de tant de Français.

0 commentaireCommenter