Menu
europe
Espace Aérien
Fusée Vega : un espace pour l’Europe des nations

Après plusieurs reports, le lanceur européen VEGA a réussi, cette nuit, sa première mise en orbite de microsatellites. Une réussite pour le Français Arianespace, et pour la logique de coopération interétatique.

Fusée Vega : un espace pour l’Europe des nations
Publié le 3 septembre 2020

OFFRE SPECIALE:

69€ (offre limitée)

Abonnez-vous pendant un an à Front Populaire (site + revue n°2, 3, 4 et 5) et recevez chez vous en plus le n° 1 (été 2020).

21 clients issus de 13 pays différents pour « un projet extrêmement important », selon les mots mêmes de Jan Wörner, directeur général de l’Agence spatiale européenne (ASE). Après plusieurs annulations pour causes sanitaires puis météorologiques, la fusée-lanceur Vega d’Arianespace a finalement décollé cette nuit, à 3h51 (heure métropole), depuis la base française de Kourou (Guyane). Le pari était d’envergure, et il est réussi : la mise sur orbite d’une cinquantaine de microsatellites européens.

Les ingénieurs du Centre de contrôle Jupiter n’ont pas masqué leur joie lorsqu’après quarante minutes de navigation, Vega (ndlr : vecteur européen de génération avancée) a réalisé la première série de mise sur orbite des sept microsatellites à son bord. Une heure plus tard, 46 nano-satellites supplémentaires étaient en place. Une nouvelle génération de micro et nano-satellites qui aura principalement des objectifs d’observation terrestre, de communication et de recherche scientifique.

Baptisée VV16 (Vol Vega n°16), la mission était un vol de validation du nouveau service européen de lancements partagés de microsatellites, mais aussi l’occasion d’un retour en grâce pour la fusée Vega, après une défaillance survenue à l’été 2019. Cette nouvelle plateforme dédiée au lancement d’une micro-technologie satellitaire permet par ailleurs au Français Arianespace de se positionner avantageusement sur un marché en plein essor, où le grand concurrent mondial n’est autre que Space X, propriété du médiatique et controversé Elon Musk.

Premier « charter » de l’espace pour les Européens, la fusée-lanceur Vega est le plus léger de la gamme Arianespace. S’il est piloté par l’Agence spatiale européenne et commercialisé par un groupe français, le système de lancement a été développé sous maîtrise d’œuvre italienne (Avio). Une entente salutaire qui témoigne du succès de la logique de coopération entre nations.

Troisième agence spatiale du monde – après la NASA et la CNSA (Administration spatiale chinoise) - l’Agence spatiale européenne, crée en 1975, est en effet le vestige précieux des bienfaits de la coopération intergouvernementale des nations européennes. Fruit de l’époque pré-maastrichtienne, l’Agence ne doit rien aux institutions européennes contemporaines et compte parmi ses membres des nations européennes extérieures à l’UE (Norvège, Suisse, Royaume-Uni) et même à l’Europe, comme le Canada (membre-associé).

0 commentaireCommenter