Menu
nation
Armée
Des Rafale vendus aux Grecs prélevés dans l’armée de l’Air française !

Samedi, le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis a annoncé l’achat de Rafale auprès du constructeur français Dassault. Une bonne nouvelle en apparence, sauf que la transaction comprend un mélange d'avions neufs mais aussi d’occasion directement prélevés sur le parc d'avions de l'armée de l'air française...

Des Rafale vendus aux Grecs prélevés dans l’armée de l’Air française !

Après l’Inde, le Qatar et l’Egypte, la Grèce devient le quatrième acheteur étranger et le premier en Europe à se doter de Rafale. En plus d’avions de combat, l’armée de l’air grecque souhaite se procurer quatre nouvelles frégates, des hélicoptères de marine, des antichars, des torpilles et des missiles afin de mettre en marche « un bouclier national », dans un contexte de tensions en Méditerranée orientale avec la Turquie. « Pour la première fois, un pays européen souhaite se doter d'avions de combat Rafale », s'est félicitée samedi la ministre des Armées, Florence Parly. De son côté, Dassault s’est réjoui de ce contrat qui « illustre la solidité du partenariat qui lie depuis plus de quarante-cinq ans l'armée de l'air grecque et Dassault Aviation et témoigne de la pérennité de la relation stratégique entre la Grèce et la France ». 

La commande grecque est effectivement une excellente nouvelle pour le groupe Dassaut Aviation, qui signe enfin un contrat avec un pays européen et voit ainsi ce marché s’ouvrir à lui. « C'est une occasion sans précédent d'élargir la base européenne du Rafale, un bon mouvement stratégique et, en outre, en vendant des avions d'occasion, on peut espérer une accélération de nos livraisons de Rafale de dernière génération », a indiqué un haut gradé aux Echos. Coïncidence - ou pas - l’annonce de ce contrat arrive au moment où le président turc Erdogan rappelle à Emmanuel Macron de ne pas lui « chercher querelle” sous peine d’avoir “des ennuis avec (lui)».

La transaction grecque va donc porter sur un mélange de 12 Rafale d'occasion et de 6 neufs, afin de réduire les coûts pour l’armée de l’air grecque. Problème : ces avions d’occasion seront prélevés dans le parc de l’armée française, et on ne sait pour l’instant ni s’ils seront remplacés, ni quand... Car il faut en moyenne trois ans entre une commande et une livraison. L’armée de l’Air française sera donc amputée de douze de ses avions de combat dès 2021, même si du côté du ministère des Armées on se veut rassurant : « Tout l'enjeu est de limiter le plus possible l'impact de cette vente sur le parc d'avions de l'armée de l'air française tout en satisfaisant au mieux les souhaits du client grec ».

Une nouvelle préoccupante, d’autant plus que la Croatie a également engagé des négociations pour acquérir des Rafale cet été. Une demande à laquelle la ministre des armées Florence Parly a répondu avec la proposition de vente de 12 avions de combat d’occasion...encore une fois sans préciser quand et comment ces avions seraient remplacés, ce qui entraînera inévitablement une tension forte dans la flotte française jusqu'au moins en 2022. Une nouvelle peu rassurante quand on connaît l'intensité de nos engagements actuels en opérations extérieures.

0 commentaireCommenter