Analyses
Etat Profond
Comment l’État profond a désindustrialisé la France Abonnés

DEBATS. L’industrie française est en train de mourir parce que ses fleurons sont vendus les uns après les autres à de grands groupes étrangers. L’idéologie néolibérale fait des ravages et pousse à la ruine l’ensemble de notre économie nationale. Un texte dans le prolongement du numéro 2 de la revue Front Populaire consacré à l’État profond.

Comment l’État profond a désindustrialisé la France

La France vit depuis quinze ans un processus mortifère de désindustrialisation massive. Ces dernières années, des pans entiers de l’industrie française ont été liquidés, réduits à leur plus simple expression, ou ont vu leurs centres de décision passer à l’étranger.

Les emplois industriels ont été divisés par deux. En 1974, l’industrie employait 5 millions de salariés en équivalents temps plein. Fin 2016, ce nombre n’était plus que de 2,7 millions, soit une perte de 2,3 millions d’emplois directs. Durant la même période, l’ensemble de l’économie ayant employé 6 millions de personnes de plus, la part de l’emploi industriel dans l’emploi total a régressé de 29% à 11,7%.


Source : INSEE statistiques – Comptes nationaux annuels – Emploi intérieur.

Michel Doneddu, X-Alternative


La part de l’industrie manufacturière dans la valeur ajoutée nationale a été divisée par deux. Elle est passée de 22% dans les années 70 à 11% aujourd’hui.


Michel Doneddu - INSEE statistiques – Comptes nationaux annuels.


Le déficit de la balance commerciale de l’industrie manufacturière a atteint 21 milliards d’euros en 2018 (auxquels il faut rajouter 37 milliards au titre des combustibles fossiles et matières premières).


Michel Doneddu - INSEE – Comptes annuels de 2018.


L’industrie nationale ne couvre plus les besoins du pays. Elle dégage en apparence des excédents dans six grandes branches industrielles mais en réalité, seules trois d’entre elles affichent un taux de couverture positif de la demande intérieure par la production nationale. Parmi elles se trouve celle des matériels de transports (automobile, aéronautique, naval), qui est hélas la plus menacée par la crise qui s’annonce.


Données pour les calculs : INSEE – Comptes annuels de 2018 – Michel Doneddu – INSEE - Équilibres emplois-ressources par branche.


L’industrie chimique affiche un équilibre. Toutes les autres sont en déficit, y compris l’agroalimentaire, avec des ratios allant du...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter