Menu
europe
Union européenne
Dépendante de l’U.E., la France va voir baisser de 100 milliards d'euros ses exportations

ARTICLE - Selon une étude, les exportations françaises vont diminuer de 100 milliards d'euros pour la seule année 2020.  La cause ? La dépendance des exportations françaises vis-à-vis de l’Union européenne.

Dépendante de l’U.E., la France va voir baisser de 100 milliards d'euros ses exportations

En raison du contexte de crise, l’année 2020 sera une année noire pour les exportations mondiales. Selon les chiffres, le recul global sur l’année pourrait atteindre -13 %. Mais certains pays s’en sortiront mieux que d’autres. Ce ne sera pas le cas de la France.

Les prédictions du cabinet Euler Hermes établissent que la demande de biens adressée à la France par l'Allemagne va reculer de 14 milliards d'euros, celle de l'Italie, tout comme celle de l'Espagne, de 7,5 milliards, celle de la Belgique de 7 milliards et celle du Royaume-Uni de 6,7 milliards. La France a déjà vu son déficit commercial s’aggraver de 5 milliards d’euros par rapport à la même période de 2019. Avec - 21,5 %, ses exportations ont chuté plus fortement que ses importations (-17,6 %). A l’exception des produits pharmaceutiques, tous les produits ont perdu à l’export, dont des secteurs-clés comme l’aéronautique (-47,2 %), l’automobile (-38,1 %) et l’agroalimentaire (-4,9 %).

Comment l’expliquer ? La réponse est simple : le tropisme européen de la France. Malgré le poids grandissant des économies émergentes dans les échanges mondiaux, l'Union européenne reste le premier marché d'exportation pour l’Hexagone. Huit des dix principaux partenaires commerciaux de la France sont européens. L’Union européenne est la principale région destinataire de productions françaises, avec 291,6 milliards d’euros d’exportations en 2019 (en hausse de 1,8 %), loin devant l’Asie (68,1 milliards d’euros) et le continent américain (59,0 milliards d’euros). C’est notamment vers l’Allemagne – grande amatrice de produits français – que voyage une grande majorité de la production de l’Hexagone (70,1 milliards d’euros d’exportations).

Très tourné vers l'Union, l'appareil exportateur français va donc «subir de plein fouet le choc récessif connu par ses partenaires commerciaux étrangers en 2020», indique Selin Ozyurt, économiste en charge de la France chez Euler Hermes. Et vu la manière dont la crise est gérée au sein de l’U.E., cela impactera encore davantage nos performances. « Environ 60 % de nos exportations sont destinées à l’Union européenne, zone où on peine à sortir des mesures de confinement face au regain de la pandémie de Covid-19 » analyse Euler Hermes. Autre problématique consécutive : en plus des résultats de son propre plan relance, la France devra attendre les résultats des plans de relance des autres pays européens... en espérant qu’ils soient efficaces.

Et ces mauvais résultats des exportations françaises risquent de perdurer. Selon les prévisions, la France mettra du temps à retrouver son niveau d’avant-crise : l’Hexagone ne devrait renouer avec ses résultats qu’au troisième trimestre 2022…

0 commentaireCommenter