Nation
Réponse
Réponse à M. André Pellen Abonnés

OPINION. Monsieur André Pellen, ingénieur, membre de multiples et honorables comités, m’adresse une verte critique pour mon dernier article dans Front Populaire. Cet article a sans doute des défauts et j’en ai fort probablement aussi. Mais, Pellen en a un, qui est évident : il ne sait pas lire.

Réponse à M. André Pellen

Ainsi, il affirme de manière péremptoire : « En somme, selon l’éminent professeur, la connaissance, voire l’expertise infuses seraient le fonds biologique le mieux partagé chez les humains ». Où diable a-t-il vu que j’avais écrit cela ? Les lecteurs de Front Populaire peuvent le vérifier d’eux-mêmes. Il ajoute : « Jacques Sapir et la probable majorité de ses pairs tiennent pour vérité intangible que la démocratie précède toujours la prospérité économique ». Son imagination débridée lui fait prendre des vessies pour des lanternes. J’ai écrit, non dans cet article qui portait sur un tout autre sujet mais dans de multiples publications, dont « La Démondialisation » en particulier, exactement l’inverse. Quand on veut critiquer, il vaut mieux lire avant d’écrire…

Il ajoute « Mais ce que Jacques Sapir et ses amis ont surtout tendance à nier implicitement c’est que, depuis la nuit des temps, l’économie n’est qu’une implacable mécanique animée par les inclinations les plus triviales, voire les plus animales de la nature humaine ». Outre que cela n’a rien à voir avec l’État Profond, sur lequel portait mon article, il se fait que, comme tout bon lecteur de Keynes, j’ai justement réfléchi sur les « esprits animaux » qui sont à l’œuvre dans le capitalisme. Mais, j’ai aussi réfléchi – et écrit – sur les processus de formation des préférences individuelles (voir lEconomie du XXI siècle publié en 2005). Qui ne pose pas la question de savoir pourquoi nos préférences sont changeantes, pourquoi nos choix peuvent être irrationnels se condamne à tenir des propos naïfs et un discours creux.

Cela le conduit à des outrances qui le déconsidèrent. Où a-t-il lu que je soutenais la « pathétique mobilisation climatique noyautée par la phalange écologiste » ? Je pense que nous vivons une crise écologique globale, et...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter