Analyses
Islamisme
Obsession de l'islam ou islam obsédant ?  De l'obsession à la raison Abonnés

OPINION. Il faut créer des espaces de vie démocratique, n’excluant pas les confrontations, pour ramener une majorité de personnes dans le giron de la nation. J’ai fait l’expérience de ces rencontres conflictuelles dans plusieurs pays. La prise de parole pour dire ses souffrances mais aussi ses responsabilités, aboutit à la réconciliation.

Obsession de l'islam ou islam obsédant ?  De l'obsession à la raison

« C’est l’islam, le problème aujourd’hui », « Ce n’est pas l’islam ». Ces deux propositions ont leurs partisans et leurs adversaires acharnés et contribuent à diviser davantage un pays déjà déchiré. Dire que l’islam n’est pas un problème en France aujourd’hui, c’est un déni de réalité. Dire que le problème c’est l’islam, c’est nier d’autres aspects psychopathologiques, historiques, civilisationnels que la religion et risquer, en heurtant leur foi, de séparer davantage une majorité de musulmans de la communauté nationale et faire ainsi le jeu de ceux qui espèrent cette séparation.

La gauche a promu le vivre ensemble sans voir que le vivre ensemble ne se décrète pas mais résulte d’une volonté partagée. Or un certain nombre d’enfants de l’immigration maghrébine et subsaharienne sont des ennemis du vivre ensemble. Ils manifestent leur refus depuis plusieurs décennies par différentes formes de violences :  violences gratuites quotidiennes pour un regard ou une cigarette, vols, braquages, trafics, viols, terrorisme. On a longtemps nié ces délits et ces crimes en les considérant comme des faits divers isolés, justifiés par la gauche par les conditions de vie de milieux défavorisés et relégués. Les discriminations relatives s’expliquent d’ailleurs par la mauvaise réputation de ces adolescents et jeunes hommes, en révolte quasi permanente contre toutes les institutions, de la police à l’éducation nationale en passant par les pompiers et les voisins qui ont le même malheur d’appartenir au groupe majoritaire.

Driss Ghali décrit cette situation comme une préparation progressive d’intifadas à venir, au profit d’islamistes qui attendent patiemment que la situation leur devienne tout à fait favorable. Mes expériences et recherches dans de nombreux pays : États-Unis, Russie, Amérique latine, Allemagne, Israël m’ont démontré que l’islam était un prétexte puisqu’on trouve ces dynamiques d’hostilité au vivre ensemble dans des cultures très différentes. Les Rwandais, les Chinois de...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter