Menu
Nation
poésie
Créatures à douze pieds Abonnés

POÉSIE. Lamartine, Baudelaire et Rostand sont ses modèles. Triste de la chute du niveau de la poésie en France, Frézal nous écrit : « Le français est la langue de l'alexandrin, nous étions le peuple qui mettait sa bouche au service des Dieux (selon l'antique perception des poètes), je suis fier de cet héritage ».

 Créatures à douze pieds

LES MOUETTES DE LA SEINE

Dans le tranchant blanc déboussolé de l'Eiffel

Comme une lame aiguisée découpant le ciel,

Dans la nuit fraîchement tombée sur les nuages

Comme on replonge dans un souvenir volage,

Virevoltent les pétales blancs parisiens

Sortant soudainement de la Lun(e), leur écrin.

Sans aucun bruit ni aucune harmonie surviennent-

Elles. Ainsi vont, volantes, les mouettes de la Seine.

05/12/18

SOUFFLE GREC

Oh don divin des mots ! Ils aiguisent l'esprit,

Ils déchirent les cœurs et fendent les sourires.

Élevant l'âme, en un instant, par leur magie,

On déguste la compagnie d'Hékatonchires.

Mais voilà que les Heures passent, les Parques filent

Et Dionysos m'abreuve plus que l'Hippocrène.

L'inspiration m'échappe et reste volatile

Sans qu'aucune passion ne coule en mes veines.

Où sont Melpomène, Erato et Calliope ?

Chaque jour, les cherche sur le Mont Hélicon

En cette nuit j'aimerais être nyctalope

Mais mon esprit, ce jour, de vers est infécond.

(23/12/18)

LE ROI DE ROME

Au son de cent-un coups de canonnière naît

L'Autrichien qui rêva toujours d'être corse.

Coiffé sitôt au premier cri qu'il amorce

De lauriers, d'une auréole au dernier.

Arrivé en ce monde dans l'effervescence

Pour le quitter malheureux dans l'oubli des Francs,

Trop sage et pas assez français, le cœur errant,

D'être un fils et non un Père fût son destin rance.

Il fut avorté avant même d'être prince,

Duc plutôt qu'Empereur, jusqu'à son dernier souffle

L'histoire décida de se railler d'esbroufes

D'un Habsbourg et Bonaparte qu'elle évince.

05/04/19

LES NUAGES I

Ce sont des masses voluptueuses et grandioses

Que le soleil, de ses rayons, rend de platine

Et que la nuit éteint ou tue, vincibles choses

Qui passent et crèvent sur nos misérables mines.

Cependant, suspendus au-dessus de nos fronts

Nuages légers ou massifs, inatteignables

Vous semblez défier le Temps et lui faire affront

Sans ciller ni trembler à ses coups effroyables.

Ô onctueuses et pures poussières d'étoiles

Enfuis de l'éther pour arriver dans nos cieux

J'aimerais rejoindre vos navires sans voiles

Pour, rien qu'un instant, tromper la mort dans les yeux,

Pour inonder mon âme de vos larmes claires

Pour que mon cœur apaisé ait la volupté

De vos carcasses de fantômes sans repères,

Pour voler l'essence de votre éternité.

08/06/2019

LA BELLE OPALE

Ô mon pâle amour de mes errances nocturnes,

De combien avant moi as-tu été la muse,

Toi qui brilles toujours dans la nuit taciturne

Et de mes solitudes mondaines s’amuse ?

Tout le monde ne parle que de toi et t'observes

Mais quand je te cherche tu me restes fidèle

Tu m'élèves à tes cimes et m'inspire ta verve

Pour dessiner des vers dont tu es le modèle.

Quand tu sonnes le sommeil de toutes les bêtes

Je suis de celles que tu libères et réveilles

Mon génie et mes plus beaux mots pour toi s'apprêtent

Mais je troquerai ta clarté pour mon vermeil.

Tu m'offres le soir venu ton anesthésie

Remplissant mon verre de tes larmes d'ivoire,

Gouttes invisibles suintant dans l'ambroisie

Qui m'enivrent dans cet étrange purgatoire.

Quand mes pages se font miroir de ta pâleur

Je préfère te prier plutôt qu'Apollon

Toi qui souffles des notes quand ma lyre meure,

Lui évitant la dure étreinte de Charon.

Lorsque derrière les nuages tu te caches

Ou que, loin de notre astre, avec d'autres, t'enfuis,

Invisible, disparue, ton absence arrache

Mes rêves à leurs froides et silencieuses nuits.

J'aimerais avoir l'esprit fin de Cyrano

Pour rejoindre aux confins ton auréole pure

Me laisser bercer et emporter par les eaux

Et goûter au silence par-delà l'azur.

Je me grille les pupilles te fixant droit,

Appelé le soir par ton rassurant vortex,

Rêvant d'un asile où mon âme aurait moins froid,

Et où mon cœur ne serait pas comme un silex.

13/06/2019

LE PHARE

Au cœur de la ville brillante et palpitante

Nous sommes deux astres rayonnants qui passons

Entre les étoiles des lampes élégantes

Qui s'allument pour voir nos pérégrinations.

Et comme on est enivrés, et comme on est fous,

Parce qu'on fait briller l'autre sans voir le monde,

La ville nous éblouit de ses feux jaloux

Tentant de nous rappeler qu'elle existe et gronde.

Mais quand on est ensemble je ne peux voir qu'elle

Le monde pourrait brûler que je ne verrais

Que ses yeux d'eau claire qui me donne des ailes

Et m'élèvent au-dessus de mes peurs désertées.

Si tout s'embrase c'est que l'on s'est embrassé,

D'amour volcanique nous brûlons les secondes,

Elle a fait irruption en mon âme esseulé

Et comme nos cœurs fondent nos corps se confondent.

Quand je suis loin d'elle sur moi la nuit s'écroule

Tout devient affreusement sombre et lancinant

Seules mes larmes brillent lorsqu'elles s'écoulent

Et en mon cœur plus rien ne se fait scintillant.

Séparé de la douce étoile qui me guide

Je suis comme un roc insipide dans l'éther,

Mes jours froids sont sans soleil et mon âme vide

Et rien désormais ne me raccroche à la terre.

Alors pour m'accrocher à ce sol, à ces cieux

Je me remémore les traits de ma Vénus

De sa voix qui me berce quand je clos les yeux

De ses mains caressant mes songes tel Phébus.

16/07/2019

SAINT-VAAST LA NUIT

Avant que l'aube ne chasse le crépuscule,

Au pieds des mâts squelettiques et vacillants

Et des coques qui forment un long monticule

Harcelé par des eaux insensibles au vent,

Une fois que les mouettes ont cessés leur danse

Aérienne et chantante, leurs cris cahotants

Qu'accompagnent des cliquetis qui se balancent

Comme les chaînes de condamnés titubants,

Près de carcasses de navires délavés

Par le sel et l'acide et la rouille rongés,

Bordant les murs épais qui taisent leurs histoires,

Ici, sur une eau sans rides et sans remous,

Sur une onde apaisée qui berce nos cœurs souls

Se prélassent les nuages roses du soir.

09/09/2019

commentaireCommenter