Analyses
Ideologie
Universités : ne sous-estimons pas le danger de l’idéologie diversitaire Abonnés

OPINION. A propos des idéologies diversitaires qui ont cours dans les universités américaines et françaises et dont nous ridiculisons les affirmations absurdement paranoïaques, il est temps d’ouvrir les yeux.

Universités : ne sous-estimons pas le danger de l’idéologie diversitaire

A propos des idéologies diversitaires qui ont cours dans les universités américaines et françaises et dont nous ridiculisons les affirmations absurdement paranoïaques, il est temps d’ouvrir les yeux.

Pendant la deuxième guerre mondiale, en Biélorussie, Lituanie, Ukraine, Russie occupée, les « Einsatzgruppen », chargés de la sécurité préventive des troupes allemandes, devaient liquider les partisans, les chefs communistes, les juifs « bolchéviques » en état de porter les armes. Peu à peu, au cours de l’été 1941, leur mission se transforma et ils reçurent l’ordre de liquider également les femmes et les enfants juifs dans la cadre de la solution finale. Souvent précédés par des groupes de lettons, de lituaniens, d’ukrainiens qui, armés de gourdins et d’armes improvisées, battaient et tuaient les juifs, les « Einsatzgruppen » se livrèrent à de nombreux massacres de masse dans l’Europe de l’Est occupée par la Wehrmacht.

Ces « Einsatzgruppen » qui accompagnaient les troupes de la Wehrmacht étaient commandés par des officiers qui étaient des intellectuels reconnus : linguistes, professeurs d’université, philosophes. Certains possédaient même des doctorats et avaient justement les compétences rhétoriques et l’ascendant nécessaires pour convaincre les hommes de troupe d’assassiner des femmes et des enfants. Les scènes atroces auxquelles assistèrent de nombreux témoins, ressemblent à tous ces massacres commis dans d’autres contrées, plus tard, au Rwanda par exemple où ce furent également des intellectuels qui planifièrent et organisèrent le génocide des tutsis. Dans tous les cas, les massacreurs avaient la certitude qu’ils ne faisaient que se défendre contre l’extermination soi-disant prévue par leurs victimes. « Les juifs sont un peuple génocidaire », pouvait-on lire dans les journaux nazis de l’époque. « Les tutsis veulent vous exterminer tous, vous les hutus » clamait la célèbre radio des mille collines. En Europe de l’Est, ce furent les exactions réelles commises par l’armée...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter