Menu
nation
Crise Sanitaire
Menaces contre Raoult : le professeur Raffi mis en cause Abonnés

ARTICLE. Le professeur François Raffi a finalement reconnu être « le corbeau » du CHU de Nantes, dont provenaient les menaces anonymes proférées à l’encontre de Didier Raoult, depuis mars. Ce dernier avait porté plainte à plusieurs reprises pour menaces et intimidation.

Menaces contre Raoult : le professeur Raffi mis en cause
Publié le 12 janvier 2021

L’information a commencé à circuler vendredi sur les réseaux sociaux. C’est Eric Chabrière, biochimiste et membre de l’IHU Méditerranée Infection, qui a mis le feu aux poudres en écrivant sur Twitter : « Le Pr Raffi du CHU de Nantes reconnaît être l’auteur des appels et SMS malveillants auprès du Pr Raoult. Le procureur de la République met en place une procédure judiciaire à son encontre. »

L’information circule alors un peu sur les réseaux sociaux, mais ne semble pas intéresser les médias. A l’heure actuelle, le procureur de la République de Nantes n’a pas confirmé l’information. Contacté par Front populaire, Eric Chabrière nous confirme : « Cette information nous a été envoyée dans un courrier du Procureur de la République, adressé à notre avocat. » Effectivement, contacté également, l’avocat de Didier Raoult, maître Brice Grazzini, ajoute : « Je vous confirme cette information dans la mesure où M. Raffi fait l'objet d'une mesure de composition pénale pour appels malveillants au préjudice du Pr Raoult. »

Voilà donc quel était l’objet du courrier envoyé par le procureur : une convocation pour composition pénale. Une mesure de composition pénale est une procédure proposée par le procureur de la République à un justiciable pour sanctionner une infraction sans aller jusqu’au procès. Il s’agit d’une procédure alternative aux poursuites classiques. Brice Grazzini nous apprend ainsi qu’il n’y aura pas de procès entre Didier Raoult et le chef du service du CHU de Nantes. La composition pénale est prévue pour le 20 janvier.

Par l’intermédiaire de Brice Grazzini, Didier Raoult avait porté plainte pour menaces de mort et intimidation, avec constitution de partie civile, contre son homologue François Raffi, en décembre dernier. Cible de menaces caractérisées et d’appels anonymes malveillants, le directeur de l’IHU Méditerranée avait déjà porté plainte en mars 2020 dans la même affaire mais « contre X », ne pouvant identifier la source des appels. Entre temps, le Canard enchainé avait découvert que le téléphone portable à l’origine des appels était localisé au CHU de Nantes. L’enquête ouverte à Marseille avait alors été transmise au parquet de Nantes.

Chef du service des maladies infectieuses de Nantes, François Raffi est depuis le début de la crise sanitaire l’un des principaux opposants à Didier Raoult. Il a admis des liens rémunérés avec les laboratoires, dont Gilead, mais s’est toujours défendu de tout conflit d’intérêts. Il répondait ainsi à Ouest-France, en septembre dernier : « Quand vous êtes un expert internationalement reconnu dans un domaine, le fait d’avoir des contacts avec des laboratoires vous permet d’avoir des protocoles de recherche cliniques plus précocement que d’autres centres. On fait des études avec les nouveaux médicaments, dans le cadre de partenariats, en toute transparence, et dans le cadre de contrats clairs. »

Huit mois après l’ouverture des investigations, l’enquête ayant été bouclée par la police judiciaire, Didier Raoult attendait pourtant toujours le résultat de ses plaintes, espérant l’ouverture d’une enquête menée par un juge d’instruction. Début décembre, Brice Grazzini avait déjà regretté la lenteur de la justice : « Le parquet n’a pas bougé. Il ne nous dit rien, ne nous informe en rien », avait-il déclaré à Ouest-France. Ce courrier du procureur est donc une petite victoire pour le clan Raoult.

0 commentaireCommenter