Menu
Europe
Europe
L’Union européenne et le spectre de la Sainte Alliance Abonnés

OPINION. A l’heure où l’Allemagne entend vendre ses sous-marins à la Turquie malgré les protestations grecques, Olivier Delorme nous propose une mise en parallèle historique entre la guerre d’indépendance grecque au 19ème siècle et les tensions européennes actuelles. Un texte dense qui nous rappelle l’urgence de penser le temps long.

L’Union européenne et le spectre de la Sainte Alliance

En mars 2021, les Grecs commémoreront le bicentenaire du déclenchement de leur guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman. Au terme de neuf ans de combats, qui firent environ deux cent mille morts, dont nombre de victimes de massacres à caractère génocidaire perpétrés par les Turcs à Chios (qui inspira la toile de Delacroix et « L’enfant grec » de Hugo), à Kassos, à Psara…, ce conflit accoucha d’un État national des Grecs qui comptait un peu plus de sept cent mille habitants mais en laissait deux fois plus dans l’Empire ottoman. Aussi m’a-t-il paru intéressant, au seuil de cette année de célébration d’une guerre que les Grecs nomment révolution (épanastasi), de tenter un parallèle entre la situation de 1821 et celle d’aujourd’hui.

L’insurrection des Grecs intervient un peu moins de six ans après la défaite de Napoléon Ier à Waterloo et l’établissement d’un ordre européen destiné à empêcher, partout, la résurgence des idéaux de la Révolution française. Et, comme aujourd’hui, cet ordre réactionnaire, fondée sur la Sainte Alliance (Autriche, Prusse, Russie) conclue en septembre 1815 et élargie en novembre au Royaume-Uni, est à direction germanique, avec le chancelier autrichien Metternich en place de la chancelière allemande Merkel. D’ailleurs, en juin 2015, au plus fort du bras de fer (réel ou simulé) entre Tsipras et l’Union européenne, un plumitif allemand nommé Berthold Seewald écrivit à propos de l’épanastasi, dans Die Welt, quotidien proche de la CDU de Merkel, un article intitulé « La Grèce a déjà détruit une fois l’ordre européen ». Un article qui reprenait en outre les vieux délires racistes de Jakob Philipp Fallmerayer (1790-1861) déniant aux Grecs de son temps toute parenté avec ceux de l’Antiquité et défendant, contre les soutiens à l’indépendance grecque, qu’un Empire ottoman fort était le seul rempart efficace contre des hordes slaves qu’il tenait en haine.

En réalité, lorsque les Grecs prennent les armes en 1821, ils pensent pouvoir compter sur l’aide des Européens de l’Ouest. Comme ils pensent aujourd’hui pouvoir compter, face aux agressions turques, sur la solidarité de l’Union européenne. Depuis trois siècles, les Habsbourg d’Autriche ne conduisaient-ils pas, contre le sultan turc, une guerre entrecoupée de paix qui n’étaient que des trêves ? Mais, pour Metternich, ce conflit-là était devenu secondaire et c’est ce qu’il écrivait, à propos de l’insurrection grecque le 28 janvier 1822 à son ambassadeur à Saint-Pétersbourg : « quelle que soit la différence entre ses causes anciennes et permanentes, et celle des révolutions que la grande alliance a été appelée à combattre dans le cours salutaire de son existence, [elle] n’en a pas moins puisé son origine directe dans les menées de la faction désorganisatrice qui menace tous les trônes et toutes les institutions[1]. »

Autrement dit, les Grecs ne sont que des sujets infectés par les idées françaises, que leur souverain turc a le devoir de châtier. D’ailleurs, estimait-il deux mois après le déclenchement de l’épanastasi, « là-bas, par delà nos frontières orientales, trois ou quatre cent mille individus pendus, égorgés, empalés, cela ne compte guère [2] ».

Il est vrai que les insurgés grecs devaient beaucoup aux Lumières et à la Révolution françaises. Depuis Marseille, les marchands grecs avaient rapporté Voltaire, Rousseau, Montesquieu et des traductions avaient été diffusées en Grèce. De Paris, où il s’était installé en 1788, l’érudit Adamantios Koraïs (1748-1833), avait décrit dans ses lettres qui circulaient en Grèce le déroulement de la Révolution. Avant d’être livré par les Autrichiens aux Turcs qui l’avaient étranglé dans la forteresse de Belgrade, Rhigas Vélestinlis (1757-1798) avait porté, à travers une société secrète et de nombreuses publications, un projet de République hellénique, traduit La Marseillaise,les Constitutions françaises de 1791 et 1793, et écrit des paroles grecques sur l’air de La Carmagnole. Les idées révolutionnaires étaient aussi arrivées par les îles Ioniennes, enlevées à Venise par Bonaparte, qui formèrent trois départements français de 1797 à 1799. Tandis que le même Bonaparte créait à Ancône, en 1798, une Agence du commerce français surtout chargée de diffuser en Grèce les brochures de son directeur, le Grec Konstantinos Stamatis, comme son Adresse aux habitants de la Grèce, tendant à leur rappeler la liberté dont leurs pères ont joui et les exciter à la reconquérir, signée de l’évocateur pseudonyme Philopatris Élefthériadis (Fils patriote de la liberté). Et puis il y eut les Grecs qui revenaient au pays après s’être battus au côté des Français dans la Légion grecque devenue Bataillon des chasseurs d’Orient. Quant aux demi-soldes de la France des Bourbons restaurés, plus d’un prendra le chemin de la Grèce pour y aider l’insurrection. Colonel et baron d’Empire, Charles Nicolas Fabvier rejoignit la Grèce en 1823 et y créa l’embryon d’une armée régulière. Fils d’un député du tiers état en 1789, devenu conseiller d’État et ministre de Napoléon durant les Cent-Jours, le futur maréchal de France Auguste Regnaud de Saint-Jean-d’Angély (1794-1870), saint-cyrien élevé au grade de chef d’escadron sur le champ de bataille de Waterloo, organisa une cavalerie grecque.

Et comment l’Europe de Metternich – y compris l’empereur de Russie qui se prétendait protecteur des orthodoxes – aurait-elle pu tolérer la déclaration d’indépendance, adoptée le 27 janvier 1822 par l’assemblée qu’ont réunie les insurgés à la Nouvelle Épidaure, qui parlait de tyran, de nation, de peuple, de justice et de représentants légitimes.

Cette Europe, comme l’Union aujourd’hui, avait son Conseil, réuni chaque année, qu’on appelait le Congrès et qui s’était arrogé le droit d’écraser par les armes tout mouvement remettant en cause l’ordre européen contre-révolutionnaire. Comme l’Union européenne s’est arrogée le droit d’étouffer, au mépris des principes fondamentaux de la démocratie, toute nation qui prétendrait se libérer de l’ordre économique et monétaire allemand. Le Congrès avait ainsi chargé les Autrichiens de réprimer les mouvements démocratiques en Italie ; au Congrès de Vérone en 1822, il avait confié la même tâche, en Espagne, à une France des Bourbons réintégrée dans l’Ordre européen.

Aussi, lorsque les Grecs envoyèrent à Vérone des délégués (dont un Français[3]) pour demander au Congrès d’aider une nation chrétienne en lutte contre un maître musulman, Metternich et ses semblables (dont le Français Chateaubriand alors ministre des Affaires étrangères) refusèrent même de les recevoir. Il faudra attendre que l’Angleterre comprenne quel profit géopolitique elle pouvait tirer d’un État grec qu’elle manipulerait à sa guise, puis que la Russie et la France comprennent quel danger il y aurait à laisser l’Angleterre s’assurer seule de cet avantage, pour que les gouvernements de ces Puissances interviennent militairement. Sans doute est-ce aussi une des premières fois où artistes et écrivains se mobilisèrent pour sensibiliser l’opinion publique à une question extérieure : avec toutes ses ambiguïtés, le philhellénisme contribuerait aussi à faire bouger les gouvernants, au moins en Angleterre et en France, mais aussi en Russie au nom de la solidarité orthodoxe.

En février 1830 les trois puissances finirent par signer le Protocole de Londres qui imposait au sultan que « La Grèce formera un État indépendant et jouira de tous les droits politiques, administratifs et commerciaux attachés à une indépendance complète ». Au sultan, mais aussi à Metternich qui, le 12 mai 1826, écrivait encore : « Nous ne voulons pas d’une république de bandits ou d’une monarchie composée et organisée par l’écume des révolutionnaires d’Europe[4] » et qui, en août envoyait sa flotte bombarder Naxos et Kythnos sous prétexte de piraterie. Le Protocole de février 1830 fut l’arrêt de mort de l’ordre européen de 1815 ; l’acte de décès en serait dressé après la vague révolutionnaire qui, partie de Paris en juillet, agita l’Italie, la Pologne, et déboucha sur la création d’une Belgique libérale séparée du réactionnaire royaume des Pays-Bas.

Mais les trois puissances imposèrent en même temps aux Grecs des frontières non viables, qui allaient orienter leurs efforts, pour un siècle, vers l’achèvement du territoire national plutôt que vers le développement, une dette permettant de les maintenir sous tutelle et un monarque absolu… allemand, dont le contribuable grec allait devoir payer la cour et les mercenaires bavarois, alors qu’on renvoyait dans leurs foyers les combattants de la guerre d’indépendance. L’aide européenne coûta fort cher aux Grecs : la trahison des idéaux de 1821.

Lorsque, le gouvernement Tsipras ayant capitulé devant les exigences de l’Europe allemande, j’expliquais à mes amis grecs qu’on ne peut vivre avec l’économie de la Grèce (ou de l’Italie, ou de la France…) et une monnaie allemande, ceux qui m’approuvaient ajoutaient pour la plupart : « mais on ne peut pas quitter l’euro et l’UE : en cas de coup dur avec la Turquie, c’est notre assurance ! »

On voit aujourd’hui que cette assurance ne vaut guère plus que les espoirs d’aide européenne en 1821 : des sanctions ridicules adoptées à contrecœur au terme d’interminables mois de tergiversations. Parce que les gouvernants hongrois se voient en descendants des Huns et fantasment leur origine commune avec les Turcs (la Hongrie est observateur depuis 2018 du Conseil turcique regroupant les États turcophones) autant qu’ils apprécient le despotisme d’Erdogan. Malte craint de ne plus pouvoir vendre ses passeports dorés aux mafieux turcs. Madrid redoute l’effondrement de son système bancaire gavé de dette turque à hauteur d’au moins 64 milliards de dollars[5]. Et Rome tremble de déplaire à Berlin.

Quant à l’Allemagne, elle est, comme la Turquie, un Empire frustré de ne plus l’être. Et ces deux frustrations sont depuis longtemps alliées. Le militariste Guillaume II était au côté du despotique et panislamiste sultan Abdülhamid II dans sa guerre contre la Grèce en 1897. Durant la première guerre mondiale, ses officiers encadraient l’armée des jeunes-turcs et furent complices du génocide arménien, puis des génocides, organisés sur le même schéma, des Grecs de la mer Noire (Pontiques) et des chrétiens assyro-chaldéens. Malgré une neutralité turque en trompe-l’œil, le raciste Hitler, pour lequel le génocide arménien est une référence inspirante, ne pourrait continuer la guerre après 1942 sans les livraisons de chrome turc à son industrie. Et le président turc Inönü permet aux navires allemands de passer par le Bosphore et les Dardanelles pour ravitailler la Wehrmacht en URSS alors qu’il en interdit le passage aux Anglo-Américains. La mercantiliste Merkel, qui a durablement étouffé l’économie de la Grèce et se moque de ses intérêts vitaux, veille jalousement sur l’excédent commercial de 2,5 milliards d’euros que l’Allemagne tire de ses échanges avec la Turquie et ira jusqu’à vendre à l’islamo-impérialiste Erdogan des sous-marins susceptibles de faire basculer l’équilibre stratégique en Egée. D’autant qu’Erdogan contrôle une large majorité des binationaux qui votent aux élections allemandes.

Comment, dès lors, continuer à invoquer une solidarité européenne aussi inexistante qu’en 1821 ? Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias, le meilleur que la Grèce ait eu depuis très longtemps, a bien raison de mener une diplomatie à la fois intransigeante et réaliste. Fondée sur des alliances régionales destinées à contenir l’impérialisme turc, cette politique exploite intelligemment l’exaspération croissante des États-Unis vis-à-vis d’un régime turc de plus en plus imprévisible parce qu’englué dans des difficultés intérieures de plus en plus grandes. Elle semble également s’appuyer sur une communauté d’intérêts avec la France – avec la France en tant que nation, non en tant que membre de l’UE. Car la Grèce a paradoxalement plus à attendre aujourd’hui du Caire, d’Abu Dhabi, de Delhi, de Tel-Aviv, de Washington ou – je l’espère – de Paris, que d’une Union européenne au service exclusif des intérêts de Berlin.

[1] Mémoires, documents, et écrits divers laissés par le prince de Metternich, publiés par son fils le prince Richard de Metternich, deuxième partie, L’Ère de la paix (1816-1848), tome III, Plon, Paris, 1881, p. 565 sq.

[2] « Souvenirs du Congrès de Laybach », 6 mai 1821, idem., p. 465.

[3]Le capitaine de frégate Jourdain.

[4] Op. cit., p. 282.

[5] Soit presque autant que la France (24 milliards), l’Italie (21 milliards), le Royaume-Uni (13 milliards) et l’Allemagne (9 milliards) réunis.

commentaireCommenter