Europe
Europe
L’Union européenne et le spectre de la Sainte Alliance Abonnés

OPINION. A l’heure où l’Allemagne entend vendre ses sous-marins à la Turquie malgré les protestations grecques, Olivier Delorme nous propose une mise en parallèle historique entre la guerre d’indépendance grecque au 19ème siècle et les tensions européennes actuelles. Un texte dense qui nous rappelle l’urgence de penser le temps long.

L’Union européenne et le spectre de la Sainte Alliance

En mars 2021, les Grecs commémoreront le bicentenaire du déclenchement de leur guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman. Au terme de neuf ans de combats, qui firent environ deux cent mille morts, dont nombre de victimes de massacres à caractère génocidaire perpétrés par les Turcs à Chios (qui inspira la toile de Delacroix et « L’enfant grec » de Hugo), à Kassos, à Psara…, ce conflit accoucha d’un État national des Grecs qui comptait un peu plus de sept cent mille habitants mais en laissait deux fois plus dans l’Empire ottoman. Aussi m’a-t-il paru intéressant, au seuil de cette année de célébration d’une guerre que les Grecs nomment révolution (épanastasi), de tenter un parallèle entre la situation de 1821 et celle d’aujourd’hui.

L’insurrection des Grecs intervient un peu moins de six ans après la défaite de Napoléon Ier à Waterloo et l’établissement d’un ordre européen destiné à empêcher, partout, la résurgence des idéaux de la Révolution française. Et, comme aujourd’hui, cet ordre réactionnaire, fondée sur la Sainte Alliance (Autriche, Prusse, Russie) conclue en septembre 1815 et élargie en novembre au Royaume-Uni, est à direction germanique, avec le chancelier autrichien Metternich en place de la chancelière allemande Merkel. D’ailleurs, en juin 2015, au plus fort du bras de fer (réel ou simulé) entre Tsipras et l’Union européenne, un plumitif allemand nommé Berthold Seewald écrivit à propos de l’épanastasi, dans Die Welt, quotidien proche de la CDU de Merkel, un article intitulé « La Grèce a déjà détruit une fois l’ordre européen ». Un article qui reprenait en outre les vieux délires racistes de Jakob Philipp Fallmerayer (1790-1861) déniant aux Grecs de son temps toute parenté avec ceux de l’Antiquité et défendant, contre les soutiens à l’indépendance grecque, qu’un Empire ottoman fort était le seul rempart efficace contre...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter