International
Etats-Unis
Joe Biden ou le fascisme libéral Abonnés

OPINION. Alors qu’une forme de « racisme anti-blanc » s’institutionnalise aux États-Unis dans le cadre du projet de relance Covid, Roland Hureaux nous propose une nouvelle analyse sur ce que représente le « tournant » Biden ou pourquoi son élection est tout sauf anecdotique pour les nations du monde.

Joe Biden ou le fascisme libéral

Quand les observateurs auront quelque recul, ils ne manqueront pas de s’étonner que ce qui suscite l’enthousiasme de la gauche américaine et européenne, ce soit l’élection d’un personnage comme Biden.

Les sots qui peuplent une certaine droite disent : ne nous inquiétons pas, en réalité, il est plus à droite que Trump. Comme s’il suffisait d’être inhumain ou corrompu pour être de droite !  Le palmarès du personnage est impressionnant : en Europe, on le qualifierait de fasciste (ce qui, pour les gens civilisés, n’est pas du tout la même chose que la droite).

Elu depuis presque un demi-siècle, il est facile de tracer son parcours : il s’était opposé en début de carrière à la déségrégation, en continuité avec la composante sudiste du vieux parti démocrate, avant que celui-ci ne vire au gauchisme sociétal. Il a fait l’éloge de son collègue sénateur de Caroline du Sud, Stroma Thérond, proche du Ku Klux Klan, qui s’était présenté à la présidence en 1949. Il a soutenu un projet de loi qui conduisait à l’incarcération à vie de petits dealers, sans doute en liaison avec le complexe industriel carcéral avide de main d’œuvre pénitentiaire à bon marché. Il a soutenu la croissance sans frein de Wall Street, le Big Pharma (on le voit toujours avec son masque, comme Joe Dalton à la banque), les projets des Gafas et du Big Tech de créer un état de surveillance sanitaire et civique généralisé. Fascisme de droite, celui de la surenchère sécuritaire et fascisme de gauche, celui du contrôle généralisé des personnes par les réseaux numériques, se rejoignent en lui.

Ajoutons que Biden a soutenu toutes les interventions militaires américaines à l’étranger depuis un demi-siècle, y compris les plus hasardeuses comme l’Irak ou la Syrie. Comme Hillary Clinton, il a apporté un soutien décisif au...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter