Menu
Analyses
Union européenne
Nous demandons la démission d’Ursula von der Leyen Abonnés

TRIBUNE. Alors que l’Union européenne a montré (une nouvelle fois) et montre encore ses limites dans la gestion de la crise Covid, le mouvement Eurexit appelle à la démission d’Ursula von der Leyen, par l’entremise de Charles-Henri Gallois, président de Génération Frexit.

Nous demandons la démission d’Ursula von der Leyen

L’Union européenne a échoué lamentablement dans la lutte contre le COVID-19. Depuis le premier jour, l’UE s’est montrée incapable de coordonner la réponse des pays, de garantir l’accès en masques et en tests, et d’aider concrètement les pays les plus affectés comme l’Italie. Pire que cela, ses politiques de libéralisation et d’austérité des vingt dernières années ont sévèrement affaibli nos systèmes de santé, les rendant impuissants face à cette crise. Lors de la toute première vague, la plus sévère, les États membres furent laissés à l’abandon. En termes purement financiers, les gouvernements n’ont toujours pas reçu le premier centime du fameux plan de relance de l’UE (qui est par ailleurs un plan inacceptable et très contraignant).

Mais l’échec patent dans cette affaire est sans nul doute la stratégie vaccinale. Non seulement L’UE a conclu des accords très tardifs avec les grands laboratoires, mais leurs clauses comprenaient l’absence d’engagements fermes concernant la livraison (ce qui a pu être constaté), ou encore une absence de responsabilité légale de ces laboratoires en cas de plaintes sur les effets secondaires. Tout ceci alors que les agences de santé nationales et européenne avaient très peu d’éléments sur les potentiels effets secondaires des vaccins.

La suspension temporaire du vaccin AstraZeneca en attendant des investigations de l’Agence européenne des médicaments (AEM) a alimenté les préoccupations et la peur, jetant le doute sur la capacité de l’UE à rattraper les taux de vaccination d’autres pays, comme le Royaume-Uni ou les États-Unis. C’est l’un des exemples de cette gestion calamiteuse.

Nous croyons que chaque individu a le droit de choisir s’il veut être vacciné ou non, et ce droit doit être respecté, mais nous pensons également que quiconque voulant se faire vacciner devrait pouvoir le faire rapidement et en toute sécurité. Nous estimons aussi, puisqu’il s’agit de santé publique, que la recherche, le développement et la distribution de vaccins devraient être menées par des organismes publics.

Cela aiderait d’ailleurs à dissiper la préoccupation publique concernant les conflits d’intérêt de certains laboratoires privés qui vont réaliser des profits énormes, alors qu’une grande partie de la recherche a été financée sur fonds publics. En bref, nous constatons un nouvel échec flagrant de l’Union européenne, qui fait suite à son incapacité toute aussi grande à gérer les crises économiques et migratoires.

Ce fiasco met en lumière le mensonge du slogan « plus forts ensemble », quand on voit que l’UE fait beaucoup moins bien que le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse, l’Islande, la Serbie, ou même la Hongrie qui a commandé le vaccin russe de son côté, au niveau du taux de vaccination. La vérité est que l’UE est lente, bureaucratique, antidémocratique et inefficace. L’indépendance, l’agilité et l’ingéniosité des nations souveraines ont éclipsé la lourde bureaucratie de l’Union européenne à tous les niveaux.

Ce retard catastrophique de la politique vaccinale a un coût : 123 milliards d’euros pour les pays membres. Pour toutes ces raisons, nous sommes confortés dans notre conviction, qui est que nos pays devraient quitter l’UE, et nous demandons a minima une démission immédiate de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le mouvement EUrexit

Génération Frexit (France), Italexit con Paragone (Italie), SOMOS España (Espagne), Irish Freedom Party (Irlande), Odchod (République tchèque) et Bŭlgariya na Truda i Razuma (Bulgarie) – Soutenus par Reform UK (Royaume-Uni, ex-Brexit Party).

commentaireCommenter