Analyses
Crise Sanitaire
Le contraire des apparences Abonnés

EDITO. Que faut-il retenir de l’allocution du président de la République d’hier soir ? Pour Stéphane Simon, Emmanuel Macron s’entête dans sa politique dit de « freinage » qui ne fait pas ses preuves et agit en idéologue en refusant de considérer une alternative sanitaire.

Le contraire des apparences

« Sécurité, équilibre et responsabilité », c’est le nouveau paradigme sanitaire du président de la République martelé hier soir. En apparence, on pourrait y voir le kit du prêt-à-penser du parfait manager ou du père de famille moderne. Du réconfort, du solide, du concret… En vérité, cette accumulation de « en même temps » dans le discours cache un exécutif aux abois mu par l’idéologie et une absence totale de pragmatisme. Nous allons y venir.

Convenons pour commencer que les revirements et les ajustements de nos dirigeants finissent par donner le tournis aux Français. Chaque semaine, la feuille de route change au point que tous se sentent perdus. Revenons ensuite sur une annonce importante : le président nous a dit hier que le variant anglais a changé la physionomie de la pandémie et que désormais « 44% des personnes admises en réanimation ont moins de 60 ans ». Quand le président dresse un tel constat, chacun d’entre nous est en droit de demander que l’on ajuste toute affaire cessante la politique vaccinale. Pourquoi désormais réserver la vaccination aux plus de 75 ans et devoir attendre le 15 mai comme annoncé hier pour les moins de 60 ans, alors qu’un patient sur deux en danger de mort n’a pas passé la soixantaine ? C’est un premier manque sévère de bon sens.

La logique élémentaire voudrait que l’on vaccine désormais de façon massive et prioritaire les zones sous tensions et que cette vaccination soit désormais accessible à un public plus large dans l’éventail des âges. Au lieu de cela, Emmanuel Macron ne fait aucune inflexion et continue d’interdire les vaccinations aux moins de 75 ans…

Pire, hier soir, en élargissant ces mesures de confinement à tout le pays, sans distinction, le voilà qui réenfourche le terrible cheval jacobin. Le président se moque...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter