Menu
Nation
Covid-19
L’hommage aux 100.000 morts du Covid, une infantilisation déplacée Abonnés

EDITO. La France vient de dépasser la barre symbolique des 100 000 victimes du Covid. Un chiffre qui embarrasse l’exécutif qui s’est toujours refusé au moindre mea culpa, malgré une gestion plus qu’hasardeuse et parfois inhumaine de la crise.

L’hommage aux 100.000 morts du Covid, une infantilisation déplacée

La barre des 100 000 victimes du Covid est, officiellement, franchie depuis le 15 avril. D’après l’INSEE, il faudrait remonter jusqu’à 1949 et à la grippe italienne pour trouver trace d’une épidémie plus meurtrière en France. Le chiffre, hautement symbolique, embarrassait le gouvernement et le président depuis plusieurs jours. Mercredi, à l’issue des Conseils de défense et des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait déclaré que viendrait “ évidemment ce moment de l’hommage et du deuil pour la Nation”. Tout en précisant que la priorité restait dans la gestion de l’épidémie. Le député écologiste Matthieu Orphelin a même déposé un projet de loi visant à instaurer une journée d’hommage aux victimes. Il a expliqué qu’un “ ...

commentaireCommenter