Analyses
Violences
Origine de la violence des jeunes issus de l’immigration  Abonnés

OPINION. Le phénomène grandissant de la violence dans les cités est le produit d’un ressentiment à l’égard de l’occident, favorisé par le délitement des structures familiales et entretenu par l’idéologie décoloniale. Prendre conscience de la racine de ce mal est la seule manière d’y remédier.

Origine de la violence des jeunes issus de l’immigration 

Les jeunes des cités se vivent comme des victimes du racisme des « français ». On leur a répété, génération après génération, qu'ils n'étaient pas désirés par la France. Leur ressentiment est renforcé par le fait qu'ils ne sont pas non plus toujours désirés dans des familles nombreuses et souvent ignorantes de ce qui constitue la sécurité, l'autonomie et le bien-être d'un enfant. Depuis leur toute petite enfance, ils n'ont pas toujours le droit de montrer leur faiblesse, de pleurer quand ils ont besoin d'exprimer un chagrin d'enfant. Plus tard, devenus adolescents dans leur quartier, ils doivent choisir entre devenir un loup parmi la bande des loups ou un agneau soumis à la persécution et à la moquerie.

De plus, produits d'une immigration de masse qui reproduit les comportements claniques de la culture d'origine avec son culte de l'honneur et de la vengeance lorsqu'il y a la moindre humiliation, ils deviennent les zombies d'une société qui, de son côté, a perdu la fierté de son identité et ne sait pas user de fermeté et de violence légitime face à des comportements déviants et criminels. Sans limites véritables, ils rêvent d'une puissance qu'ils n'auront jamais et se vivent alors paradoxalement d'autant plus comme des victimes d'une société excluante et raciste, sans voir que ce sont leurs comportements hostiles qui suscitent l'animosité de leur environnement.

Cette victimisation n'est pas uniquement le propre des enfants de cités, soumis à la loi des caïds et des barbus. Elle existe aussi, on l'oublie trop souvent, chez beaucoup de musulmans « intégrés », chercheurs, professeurs, médecins, qui diffusent cette vision d'une société qui ne veut pas de l'islam et qui jalousent les juifs et leur réussite et ont des propos antisionistes. L'obsession de la cause palestinienne est un symptôme qui cache assurément une haine antioccidentale qui...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter