Menu
Nation
Débat
Enlèvement de Mia : Joffrin cible Zemmour et Onfray sur le plateau de Cnews Abonnés

ARTICLE. Hier, en plein échange au sujet de l’affaire de l’enlèvement de la petite Mia, l’ancien directeur de la publication de Libération, Laurent Joffrin, s’est livré à un parallèle fort douteux, estimant que les complotistes étaient des disciples d’Éric Zemmour, Michel Onfray et Renaud Camus.

Enlèvement de Mia : Joffrin cible Zemmour et Onfray sur le plateau de Cnews

Laurent Joffrin a au moins le mérite de la clarté de ses opinions. Il n’a jamais caché son inimitié pour Éric Zemmour et Michel Onfray, les accusant à intervalle régulier de « faire le jeu » de la bête immonde. Il y a toutefois des attaques qui s’auto-annulent, tant elles prêtent à sourire. L’ancien homme fort de Libération - reconverti dans la politique et récent fondateur d’un mouvement social-démocrate destiné à rassembler la gauche (vous allez voir ce que vous allez voir) -, en a donné une nouvelle démonstration hier, sur CNews, la chaîne d’info des réacs sur laquelle il est pourtant invité à peu près toutes les semaines. Attention, séquence :

Contexte : Sur CNews, dans l’émission La Belle équipe, présentée en direct par Clélie Mathias, le mercredi 21 avril. Le sujet abordé est celui de l’enlèvement de la petite Mia et du profil de Rémy Daillet-Wiedemann, animateur de la mouvance complotiste qui aurait participé à l’organisation du rapt. Bandeau : « Mia : Qui est l’organisateur présumé ? ». Il est 14h50.

Laurent Joffin : « Et même le rattachement au mouvement QAnon, qui est un mouvement complotiste qui estime que les élites occidentales enlèvent les enfants pour satisfaire des perversions, y compris Hillary Clinton. Vous voyez le genre… Ce mouvement est au premier rang des soutiens de Trump, et ce sont ceux-là qui sont entrés au Capitole. Donc c’est pas du tout Hare Krishna, une secte, des gourous… C’est pas ça, c’est un groupuscule orienté. Et à cet égard, les gens qui professent ces idées-là devraient se poser quelques questions quand même, car ils ont des disciples étranges, quand même. Quand vous entendez Renaud Camus, quand vous entendez Onfray, quand vous entendez Zemmour…ils devraient se demander pourquoi ces gens-là reprennent leurs idées. C’est quand même un problème.

Georges Fenech : Heuu…le raccourci avec Zemmour et Onfray est un peu rapide…

Clélie Mathias (gênée, qui ne voit pas bien le rapport) : Oui, quand même…

Laurent Joffrin : Quand il y avait des intellectuels qui défendaient Mao et Staline, on devait se poser la question de savoir s’il n’y avait pas une responsabilité… Aussi dans le fait que ces dictateurs avaient des soutiens en France. Là c’est la même chose.

Georges Fenech : Non, là Laurent je crois que vous allez un peu loin, là. Permettez-moi de vous le dire. Là on a affaire à des illuminés qui veulent faire des coups d’États…ça n’a rien à voir avec un projet politique. On peut ne pas être d’accord avec un projet politique, mais enfin on ne peut pas tout mélanger quand même… »

Laurent Joffrin : Quand vous défendez en permanence le « Grand remplacement », ne vous étonnez pas après qu’il y ait des gens après qui se battent contre les musulmans, c’est normal. C’est logique, non ? »

Clélie Mathias (qui aimerait bien passer à autre chose rapidement) : Oui…bon…ça a été très clair.

Georges Fenech : Onfray sera capable de se défendre lui-même. »

Les insinuations sont honnêtement assez graves. Que dit concrètement Laurent Joffrin dans cette séquence ? Que Michel Onfray, Éric Zemmour et Renaud Camus tiennent des propos extrémistes et complotistes et, qu’à ce titre, ils sont les intellectuels nourriciers de tous les dingos de la planète, lesquels sont dès lors, de facto, leurs « disciples ». Comment dit-on déjà ? Ah oui : « Pas d’amalgames ! » Enfin, tout dépend du sujet.

Comme le dit Georges Fenech, ancien député LR, présent sur le plateau, Michel Onfray n'a pas besoin de nous pour le défendre, surtout face à des attaques obsessionnelles et irrationnelles comme celles de M. Joffrin. Il est toutefois assez cocasse que Michel Onfray soit accusé par l’ancien patron de Libération d’être la tête pensante de tous les complotistes en vadrouille. Surtout lorsque l’argumentaire consiste à ajouter qu’il faut « interroger la responsabilité des intellectuels qui défendaient Mao et Staline (…) ces dictateurs qui avaient des soutiens en France ». Comme par exemple… Jean-Paul Sartre, compagnon de route des maoïstes français, pour qui « tout anti-communiste est un chien », co-fondateur…du journal Libération dont M. Joffrin a dirigé la publication durant six ans.

La séquence serait hilarante s'il n'était question de l'enlèvement d'une petite fille. A écouter Laurent Joffrin, l'extrême droite - réelle ou fantasmée - aurait le monopole des névrotiques. Or, si l'on sait peu de chose sur Rémy Daillet-Wiedemann, il est avéré qu'il s'agit de l'ancien patron du MoDem de Haute-Garonne, soit le parti de François Bayrou. Laurent Joffrin compte-t-il associer M. Bayrou à cet enlèvement ? De même, le Parti Socialiste était-il responsable du massacre des élus communaux de Nanterre, perpétré en 2002 par Richard Durn, ex-membre du PS, militant écologiste et adhérent à la Ligue des droits de l’homme ? Le réel montre qu'il y a des illuminés partout. L'honnêteté intellectuelle (et journalistique) consisterait à le reconnaître pour ne pas "faire le jeu" du ridicule.    

commentaireCommenter