Analyses
Covid-19
Covid-19 : la fin de l’illusion européenne Abonnés

OPINON. Critères de Maastricht, solidarité européenne, masques, vaccins… Depuis le début de la crise sanitaire, beaucoup des illusions ayant bercé les esprits des européistes les plus acharnés sont tombées. Peu à peu, la sacrosainte coopération européenne a laissé la place aux réflexes souverainistes.

Covid-19 : la fin de l’illusion européenne

En 1992, l’Europe entre dans une nouvelle ère. La signature du traité de Maastricht par 12 pays modifie en profondeur les fondements de l’Union européenne (UE) par la mise en place d’une union monétaire, de la citoyenneté européenne, ainsi que d’une banque centrale et d’un parlement supranational. En ce début de décennie 90, l’optimiste semble flotter au-dessus du continent, un optimisme mêlant naïveté démocratique, progressisme affirmé et angélisme intégrateur : « Le présent traité marque une nouvelle étape dans le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe, dans laquelle les décisions sont prises le plus près possible des citoyens. […] de promouvoir un progrès économique et social équilibré et durable, notamment par la création d’un espace sans frontières intérieures, par le renforcement de la cohésion économique et sociale et par l’établissement d’une union économique et monétaire comportant, à terme, une monnaie unique, conformément aux dispositions du présent traité […] de renforcer la protection des droits et des intérêts des ressortissants de ses États membres par l’instauration d’une citoyenneté de l’Union ».

Cette nouvelle union devait ainsi sceller le sort d’une Europe démocratique, solidaire et surtout solide face à ce nouveau monde morcelé auquel elle devait faire face et dans lequel elle devait s’imposer.Près de trois décennies plus tard, l’actuelle Union européenne a vu défiler les crises (terroriste, financière, sociale, migratoire…) jusqu’en 2020. Et voilà qu’une nouvelle forme de crise a de nouveau fait vaciller cette union branlante.

Maastricht : le Jack l’Éventreur des politiques publiques françaises

Au cœur de la machine maastrichtienne se situent quatre critères de convergence. Ces quatre critères sont définis dans l’article 121 du traité instituant la Communauté européenne : la stabilité des prix bas (pas plus de 1,5 % d’inflation), la situation des finances publiques (déficit public inférieur...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Auteur

Publié le 26 avril 2021
commentaireCommenter

Europe