Menu
region
Censure
France 3 censure Charlotte d’Ornellas Abonnés

ARTICLE. Un documentaire dédié aux fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans a été déprogrammé par France 3 Centre-Val de Loire alors qu’il devait être diffusé le 8 mai prochain. La raison ? La voix off du documentaire était celle de Charlotte d’Ornellas, chose impensable pour le directeur régional de France 3.

France 3 censure Charlotte d’Ornellas
Publié le 2 mai 2021

Le service public s’adonne-t-il à des pratiques relevant de la police de la pensée ? C’est en tous cas ce qui transparaît dans la récente décision de France 3 Centre-Val de Loire. Le directeur de la chaîne a décidé, la veille du tournage, de déprogrammer la diffusion d’un documentaire dédié aux fêtes johanniques d’Orléans.

Les fêtes johanniques, ce sont ces fêtes annuelles (célébrées depuis 1432 !) qui consistent à célébrer la libération d’Orléans le 8 mai 1429 par l’armée française menée par Jeanne d’Arc. Cette année, en raison des restrictions sanitaires, les fêtes ne peuvent pas accueillir de spectateurs. Par conséquent, la mairie avait prévu, à ses frais (25.000 euros) de faire filmer l’évènement et de réaliser un documentaire de 52 minutes.

Le problème ? Charlotte d’Ornellas, choisie pour faire la voix off du documentaire : ce qui n’a pas été du tout du goût du directeur de la chaîne de télévision régionale : « Quand j'ai appris, lundi, que la voix off de ce programme serait faite par une journaliste de Valeurs actuelles les bras m'en sont tombés. Pour un programme diffusé sur une chaîne publique, c'est quand même très compliqué », explique Jean-Jacques Basier à la République du Centre.

Très compliqué, donc… Rappelons à ceux qui l’ignoreraient qu’avant d’être journaliste à Valeurs Actuelles, Charlotte d’Ornellas est une jeune femme française catholique originaire d’Orléans, précisément. En 2002, alors qu’elle avait 16 ans, elle a été choisie pour incarner Jeanne d’Arc lors des fêtes johanniques d’Orléans, précisément. Depuis ce jour, elle est une sorte d’ambassadrice officieuse de ces fêtes dont elle parle à l'occasion dans les médias. Il semble donc que Mme d’Ornellas ait toute légitimé pour prêter sa voix à un documentaire à ce sujet.

Nous avons contacté la concernée qui, comme souvent lorsqu'elle est attaquée médiatiquement, refuse de prendre une posture victimaire en sur-réagissant. « Les fêtes johanniques remontent au 15ème siècle. Incarner Jeanne d'Arc à l'époque pour perpétuer cette tradition a été l'une des plus grandes fiertés de ma vie », nous a-t-elle sobrement indiqué, ajoutant ne pas bien voir le rapport entre cette récente censure et son travail ou ses idées. 

Le maire d’Orléans Serge Grouard s’est quant à lui ému de la décision de la chaîne sur Twitter : « Je ne cède pas à la censure de France 3. Le documentaire consacré à l'hommage que la ville d'Orléans rend à Jeanne d'Arc est en cours de tournage. Il sera diffusé sur le site de la ville d'Orléans le 8 mai prochain. » Surtout, M. le maire a remis en cause les justifications du refus de France 3 :

« Le programme doit être diffusé dans le respect des valeurs du service public : Pluralité, programme à vocation d’une chaîne généraliste pour un public familial en journée ». Un film sur les fêtes de Jeanne d’Arc est-il contraire à ces valeurs ? La censure du documentaire ne contrevient pas, justement, au principe de la pluralité qui incombe au service public payé par l’argent du contribuable ?

Autre justification, il serait selon France 3 inacceptable de faire commenter « ce magazine par une personnalité connue de la droite identitaire ». Est-il interdit d’être de droite identitaire ? Prêter sa voix à un documentaire culturel et historique peut-il « contaminer » les téléspectateurs d’une idéologie, aussi « nauséabonde » qu’on prétende qu’elle soit ? Y’a-t-il une idéologie interdite en France ?

Il semblerait bien. Car le service public a déjà permis à des personnalités publiques de prêter leur voix à un documentaire sur France Télévisions. Ainsi, Matthieu Kassovitz, connu pour certains propos polémiques sur les attentats du 11 septembre ou sur la police française, avait été néanmoins choisi pour faire la voix off de l’excellente série documentaire « Apocalypse : Première guerre mondiale ». Il estimait que France TV l’avait contacté pour donner de la personnalité aux commentaires, expliquant lui-même : « Ils sont venus me chercher parce que je suis quelqu’un de pas tout à fait politiquement correct. »

Il y a donc un politiquement incorrect de gauche et un politiquement incorrect de droite. Différence notable : le deuxième est interdit.

0 commentaireCommenter