Menu
Nation
Immigration
71 % de Français veulent dire « stop » à l’immigration débridée Abonnés

ARTICLE. Le « baromètre de la Fraternité » publié par l’Ifop met en avant l’inquiétude d’une large majorité de Français à l’endroit de l’immigration. Pourtant, ils restent ouverts à la diversité, loin de la caricature xénophobe que certains ne manqueront pas de peindre.

71 % de Français veulent dire « stop » à l’immigration débridée

NB : Il est urgent de désacraliser le sujet de l’immigration. Retrouvez nos analyses, nos diagnostics et nos prescriptions dans notre nouveau numéro Front Populaire n° 4 : Immigrations, éviter le naufrage.

Peu de temps après l’attentat de Rambouillet, le 23 avril par un immigré d’origine tunisienne, Valérie Pecresse (LR) avait lancé un pavé dans la marre. Interrogée lors du Grand rendez-vous sur Europe 1, Les Échos et CNews, elle avait déclaré : “si l’on veut lutter contre le terrorisme de manière efficace, il faut cesser de nier le lien entre terrorisme et immigration récente". Une saillie vivement critiquée par l’opposition. “Je n’accepterai jamais qu’on tire un trait, c’est-à-dire qu’on dise que l’immigration est égale au terrorisme, comme certains responsables politiques cherchent à le faire”, avait alors répondu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur LCI. Pourtant, une majorité de Français semble accorder du crédit à l’affirmation de la présidente de la région Île-de-France. Le baromètre de la Fraternité publié ce lundi par l’Ifop le confirme.

71 % de sondés considèrent qu’il ne faut pas plus de réfugiés

Ainsi, ils sont 64 % des 1 553 personnes interrogées entre le 27 et le 30 avril à adhérer à ce constat, en déclarant être en accord avec la proposition suivante : “Nous ne pouvons pas accueillir plus de réfugiés migrants, car ils augmentent le risque terroriste dans notre pays”. En 2018, ils étaient 53 %, preuve s’il en est que l’opinion publique a été fortement bouleversée par les drames récents, comme l’attentat de Samuel Paty du 16 octobre 2020.

En 2018, certains députés à gauche de la gauche avaient signé un texte intitulé “Manifeste pour l’accueil des migrants”. Cette prose clamait : “Nous ne ferons pas à l’extrême droite le cadeau de laisser croire qu’elle pose de bonnes questions. Nous rejetons ses questions, en même temps que ses réponses”. L’extrême gauche, par l'intermédiaire des médias Politis, Regard et Médiapart, établissait un lien entre critique de l’immigration et appartenance au Rassemblement national. Mais si tel était le cas, le parti « bleu marine » ne compterait-il pas 71 % d’adhérents en 2021 ? Car tel est le pourcentage de personnes qui ont exprimé leur accord avec cette phrase : “Notre pays compte déjà beaucoup d’étrangers et accueillir des immigrés supplémentaires n’est pas souhaitable”.

Un autre sondage, plus médiatique, est venu se greffer à ces résultats : d’après une enquête de l’institut CSA pour CNews, 69% des Français se diraient opposés à une hausse de l’immigration pour pallier le déclin démographique. Une manière claire et nette de répliquer à la dernière proposition de François Bayrou et d’affirmer que non, le recours à l’immigration de masse – manière détournée d’obtenir une main-d’œuvre moins chère – n’est plus une solution que les Français accepteront facilement.

Une France qui demeure ouverte à la diversité

Alors, la France serait-elle en plein repli raciste et xénophobe ? Non, bien au contraire. Les choses sont bien moins manichéennes que la caricature que font les partisans de l’immigration massive. 91 % des sondés considèrent ainsi la France comme un « pays de diversité ». S’ils commencent à exprimer un début de crainte sur la perte des valeurs et de l’identité qui forgent leur nation (54 %) ils sont 72 % à considérer la France comme un pays respectueux des différences, 65 % comme un pays de fraternité. Enfin, 83 % des Français se déclarent “prêts à échanger et agir davantage avec des personnes différentes d’eux (en termes d’origines sociales, de convictions religieuses, d’origines ethniques…).”

Loin des caricatures d’une France qui, à chaque critique de l’immigration, serait associée à une pensée extrémiste, ce sondage nous livre trois enseignements : d’abord, les Français sont inquiets vis-à-vis de l’immigration. Ensuite, ils le sont de plus en plus. Et enfin, ils restent ouverts à la diversité et à l’idéal universaliste.

commentaireCommenter