Menu
Nation
Le président liquide Abonnés

EDITO. La fameuse vidéo du concours d’anecdotes tournée à l’Élysée et mettant en scène Emmanuel Macron avec les deux Youtubeurs McFly et Carlito a été mise en ligne ce dimanche. Déjà visionnée 8 millions de fois, elle est à la fois le symbole de la désacralisation du pouvoir et celui d’une communication parfaitement rodée.

Le président liquide

Les « jeunes » voteront-ils pour Macron en 2022 ? Difficile à dire à ce stade, mais l’Élysée aura tout fait pour. Après les story instagram, les filtres loufoques sur Snapchat, la mise en scène du pass culture il y a quelques jours était déjà un nouveau jalon, mais le record a été largement dépassé ce week-end avec la tant attendue vidéo d’anecdotes avec les Youtubeurs McFly et Carlito.

Après avoir gagné leur pari des 10 millions de vues avec leur chanson invitant à respecter les gestes barrières il y a quelques semaines, les deux Youtubeurs ont donc pu, comme convenu, se rendre à l’Élysée pour tourner une vidéo avec le président de la République, sur la base de leur concept phare : le concours d’anecdotes. Chaque équipe doit successivement raconter des anecdotes et l’autre doit deviner si elles sont inventées ou non.

C’est ainsi que dans une vidéo de 36 minutes calibrée et scénarisée au millimètre, le Président s’est livré, en plein cœur du Palais de l’Élysée (dont il n’est que l’évanescent locataire), au jeu des deux bouffons du roi. « C’est un magnifique scénario pour la vidéo », lance Carlito à près de 27 minutes de vidéo, alors que le score marque l’égalité des deux équipes (3-3). « Ce match, serré jusqu’au bout, les gens ne vont pas croire, les gens vont croire que c’est préparé à l’avance », ajoute McFly.

Sans rire ! Que chacun fasse le test de regarder la vidéo en se concentrant sur l’objectif principal « draguer l’électorat jeune » et l’évidence s’impose : Macron aime le foot et il a le numéro de portable de Kylian Mbappé, LE footballeur qui fédère la quasi-totalité des Français (et des jeunes). Macron connaît bien l’Afrique et il a joué dans une série au Nigéria dans une boite de nuit. Macron a tapé la balle avec les joueurs de l’OM à l’entraînement. Donald Trump était un président bizarre tout à fait capable de fêter l’anniversaire de ses homologues étrangers avec plusieurs jours de décalage. Bref, Macron est un mec ouvert et cool.

On pourrait lever les yeux au ciel et considérer qu’il y a d’autres problèmes dans la société actuelle pour prendre au sérieux ce genre de bouffonnerie. On aurait sans doute tort. Il y a certes d’autres problèmes, mais celui-ci en est un. En engrangeant plus de 8 millions de vues en environ 24h, la vidéo est au sommet des tendances Youtube, première plateforme de contenus vidéos du monde. Or, dans notre écosystème technique digital, la vidéo est désormais le premier medium d’information, et il est presque le seul médium d’information pour toute une partie de la génération Z, née entre 1995 et 2000, et qui pourra cette fois voter largement en 2022.

Comme le note Mathieu Salma dans Le Figaro, « cette vidéo dit quelque chose de grave sur la manière dont le pouvoir envisage désormais la communication et la fonction politique ». Et en effet, il faut bien prendre conscience que cette mise en scène n’a pas de précédent dans toute l’histoire de la communication politique. Question de moyen technique ? Pas uniquement. Oui, de Gaulle n’avait pas Snapchat, mais cela ne suffit pas. C’est à ce titre qu’on peut voir en Macron, l’archétype du monde « liquide ». La « liquidité », ce concept forgé par le sociologue marxiste hétérodoxe Zygmunt Bauman dans les années 1990 pour qualifier l’essence de notre postmodernité.

Pour Bauman, la modernité a connu deux phases : la première, « solide », se caractérise par le rattachement de la société à des points fixes (valeurs, références, institutions…) et la seconde, « liquide » (post-modernité), marquée par la dissolution de tous les pôles de stabilité et par l’inlassable écoulement des flux (informationnels, financiers, sociétaux…). Il parle alors de « société liquide ». Une société liquide est celle où les conditions dans lesquelles ses membres agissants changent en moins de temps qu’il n’en faut aux modes d’action pour se figer en habitudes et en routines. La société devient mouvante, transitoire et discontinue.

Ne peut dès lors se déployer que ce qui concoure à l’horizontalisation, sur le mode de l’organisation managériale. Dans cet univers fluide, la verticalité inhérente aux institutions et à l’État lui-même (rappelons que « Etat » vient du latin status, qui signifie justement « se tenir debout ») est appelée à se dissoudre, comme ici, dans la farce et la parodie. 

Preuve en sera encore donnée dans deux mois...car, en effet, quelle meilleure réponse d'apaisement et de sérieux à la fronde des corps de défense en général, et celui des militaires en particulier, que d'inviter McFly et Carlito faire les zouaves dans un avion de l'armée, le 14 juillet prochain. Un "gage" (ndlr : la chose est explicitement présentée comme une punition en cas de défaite lors du concours d'anecdotes) qui en dit long sur le respect que porte le président à la Patrouille de France. 

commentaireCommenter