Analyses
globalisation
La démocratie dans les sociétés multiculturelles Abonnés

OPINION. La globalisation du monde et les mouvements de population qui l’accompagnent fragilisent particulièrement les systèmes démocratiques tels que le nôtre. Pour éviter un tel drame, notre abonné propose une « thérapie sociale » centrée sur la coopération.

La démocratie dans les sociétés multiculturelles

« Si les élites ne font que se parler à elles-mêmes, une des raisons en est qu’il n’existe pas d’institutions qui promeuvent une conversation générale, transcendant les frontières des classes. La vie civique demande des cadres dans lesquels les gens se rencontrent en égaux, sans égard à leurs origines raciales, sociales ou nationales. Du fait du déclin des institutions civiques, depuis les partis jusqu’aux parcs publics et aux lieux de réunion informels, la conversation est presque devenue aussi spécialisée que la production du savoir. Les classes sociales se parlant à elles-mêmes, dans un dialecte qui est propre à chacune, et inaccessible à ceux qui n’en font pas partie. » Christopher Lasch.

Un monde globalisé qui souhaite préserver son mode de vie démocratique est nécessairement confronté à un défi complexe : faire cohabiter des personnes et des groupes différents et parfois opposés dans une seule nation. Par incapacité à réaliser ce projet, l’Europe et les nations qui la composent sont aujourd’hui divisées et sur le point de se déchirer.

Cette polarisation croissante de la société civile autour des questions liées à l’immigration et à la communautarisation croissante de la société aggrave la crise du lien social. Elle contribue également à renforcer la défiance des citoyens ordinaires envers leurs élites et leurs dirigeants. Pourtant, comme toute crise, cette situation constitue certes un danger, mais également une opportunité. Nous pouvons éviter de nous diriger vers des formes de replis et de séparations communautaires encore plus extrêmes, à condition de recréer de véritables dialogues entre des personnes et des groupes qui ne se parlent plus et qui ont des visions divergentes, voire contradictoires, sur les questions de l’intégration ou de l’assimilation de migrants et populations issues de l’immigration désormais françaises.

Nous pensons qu’un tel débat doit avoir lieu au niveau local de manière généralisée...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter