Menu
Région
Ecologie
À Saint-Brieuc, une nappe d’huile embarrasse les soutiens de l’éolien marin Abonnés

ARTICLE. Mardi, une fuite d’huile hydraulique a été détectée en marge des côtes de Saint-Brieuc, en Bretagne. En cause, le navire Aeolus, qui réalise le chantier de construction d’éoliennes marines dans la baie. Si la pollution a disparu en fin de journée, elle inquiète Barbara Pompili qui craint que l’affaire ne nuise à l’image des éoliennes...

À Saint-Brieuc, une nappe d’huile embarrasse les soutiens de l’éolien marin

NB : Il est urgent que le souverainisme se réapproprie la question de l’écologie, trop longtemps abandonnée aux idéologues. Retrouvez nos analyses, nos diagnostics et nos prescriptions dans notre nouveau numéro Front Populaire n° 5 : Écologies, les leurs et la nôtre.

Barbara Pompili frémit : lundi matin, le navire Aeolus, qui réalise le chantier de construction d’éoliennes marines en baie de Saint-Brieuc alertait les autorités. Plus de 100 litres d’huile ont été rejetés "accidentellement" au large de la côte. Pour vite éteindre l'incendie, la ministre a immédiatement déclaré qu’elle ne souhaitait pas ‘qu’un incident sur un chantier ternisse la réputation de toute la filière’. Avec le vent de contestation qui souffle sur les éoliennes ces dernières semaines, force est de reconnaître que cette affaire ne tombe pas à point nommé pour le ministère de l’Écologie.

Du fait de la négligence du navire, une nappe de 16 kilomètres de long sur 2,8 kilomètres de large s’est étendue près du chantier. L’Aeolus avait pour mission le forage du site, qui devra à terme accueillir 62 éoliennes. Le satellite Seanet et un avion des douanes ont pu évaluer l’ampleur de la catastrophe dans l’après-midi. Dans la journée, la préfecture maritime de l’Atlantique s’est fendue d’un communiqué expliquant avoir transmis le dossier au procureur de la République de Brest.

Des pécheurs écœurés

Ailes Marines, la société en charge de la construction du parc éolien a tenté de rassurer immédiatement : ‘l’écoulement de fluide hydraulique Panolin HLP SYNTH utilisé dans les systèmes de guidage des foreuses’ a été ‘spécialement conçu et développé pour les travaux en mer, est biodégradable selon les critères internationaux de l’OCDE 301B. Il est considéré dans l’industrie comme l’un des plus respectueux de l’environnement’.

Une position qui est loin d’avoir convaincu les pêcheurs. Sur France 3, ceux-ci se sont dit ‘écœurés’ et Alain Coudray, président du Comité des pêches des Côtes-d’Armor s’est interrogé sur la véracité des chiffres avancés : ‘comment 100 litres d’huile provoquent une nappe de 16 km de long ?’ Quant à la pollution supposément « mineure », et censée s’évaporer et se dissoudre en mer (si l’on en croit la préfecture maritime) : une telle explication ne convainc pas les associations. Dans le Télégramme, le directeur de Vivarmor Nature s’avoue fataliste, car ‘comme tout produit, c’est néfaste de toute façon’.

Barbara Pompili ne veut pas freiner le déploiement de ses éoliennes

Les industriels en charge du projet ont été convoqués au ministère de l’Écologie, mardi après-midi. Il s’agissait pour Barbara Pompili de colmater les brèches.

Car le site de Saint-Brieuc est un sujet sensible, à haute teneur politique. Les pêcheurs locaux sont presque unanimement contre. Ils lui reprochent les conséquences environnementales lourde du chantier sur la baie. Si cette pollution n’est pas spécifiquement liée aux éoliennes en elles-mêmes, il faut dire qu’elle tombe particulièrement mal. Quelques semaines plus tôt, Barbara Pompili expliquait d’ailleurs que le projet serait ‘sans effet’ pour les espèces halieutiques…

Cet incident vient toutefois corroborer les craintes des pêcheurs et des associations environnementales. À raison. Car pour les promoteurs de l’éolien, il faut à tout prix les déployer au plus vite. ‘Notre pays a accumulé un retard que seul un rythme soutenu d’appels d’offres à long terme réussira à combler’, explique ainsi Nicolas Wolff, président de France Énergie Eolienne. Barbara Pompili insiste et persiste : "l’éolien en mer est d’importance vitale" estimant que la France est "très en retard"

En fin de journée, la préfecture maritime de l’Atlantique communiquait la disparition de la nappe d’huile hydraulique. Mais l’avertissement demeure : à vouloir aller trop vite, on prend des risques potentiellement lourds de conséquences pour l’environnement.

commentaireCommenter